Mutuelle obligatoire : où en êtes-vous ? - La Semaine Vétérinaire n° 1658 du 22/01/2016
La Semaine Vétérinaire n° 1658 du 22/01/2016

@… Vous !

FORUM

Auteur(s) : Chantal Béraud

C’est une affaire enfin réglée

Pierre May Vétérinaire canin-NAC, à Faverges (Haute-Savoie).

Quand j’ai commencé cet été à chercher une mutuelle, je pensais, comme bien d’autres confrères, que nos syndicats nous indiqueraient quelles sociétés répondraient au mieux aux besoins spécifiques de notre profession ! Mais, en fait, pas du tout. Et début décembre, il m’a fallu repartir à la pêche quand j’ai subitement appris que des accords de branche venaient d’être signés. De fait, je ne m’insurge pas contre ma participation financière (même si je m’attends à ce qu’elle double dans les trois ans à venir), mais contre le manque d’information et de méthode. C’est une honte… Au final, sept de nos neuf salariés ont choisi la mutuelle patronale. Chacun à ses frais a pu ajouter au panier de base des options à la carte, en fonction de ses besoins. Il en résulte que c’est une mesure très bien perçue par eux. Je trouve toutefois que l’État abandonne ici un de ses devoirs régaliens, en faisant payer au privé ce qu’il ne peut plus assumer. C’est inquiétant. À l’avenir, quelle part “santé” sera à la charge des patrons et des salariés ? On bascule dans une sorte de fausse privatisation, sans pour autant laisser réellement aux gens la main sur leur propre régime de santé et de retraite.

Comparer les prestations

Laurent Masson Praticien canin à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Choisir une mutuelle m’a pris du temps, c’est compliqué, d’autant plus que bien comparer les contrats n’est pas facile : certaines mutuelles parlent de 100 % du montant remboursé par la Sécurité sociale, d’autres de 100 % du montant réel, etc. Une loi aurait dû au préalable les obliger à adopter un vocabulaire unique commun. J’ai en plus le sentiment que le marché n’a pas été si ouvert que cela à la concurrence. Mon impression est plutôt que les assureurs se sont partagé le gâteau en noyautant les accords de branche. De prime abord, mes cinq salariés semblent intéressés, ils doivent encore me remettre le détail de leurs prestations 2015 pour que l’on compare et que l’on se renseigne par rapport aux dates d’échéance. Personnellement, j’ai peur que s’ils ne choisissent que le panier minimum sans souscrire à l’un des trois niveaux supplémentaires d’option, ils soient moins bien couverts qu’à titre individuel privé, car je trouve que ce panier minimum n’offre pas de couverture faramineuse en termes de forfait hospitalier, de consultations chirurgicales. Et puis, c’est regrettable d’en arriver ainsi à une sorte de privatisation de la Sécurité sociale.

Le calendrier est trop serré

Jan Dierckx Praticien mixte à Les Fins (Doubs).

Avant d’apprendre que des garanties obligatoires concernaient notre profession, j’ai d’abord collecté des devis inutiles durant deux mois ! De plus, il est difficile de faire un choix objectif, car aucun contrat n’est comparable.

Aujourd’hui, après trois mois d’étude, j’ai l’impression que c’est un bon marché pour les assureurs, sans pour autant que les garanties négociées soient représentatives des souhaits de nos salariés. Il n’y a pas dû y avoir beaucoup de représentants d’auxiliaires spécialisés vétérinaires lors des négociations de branche ! Je trouve, par exemple, qu’AG2R propose un panier minimum bas de gamme pour ce qui est du forfait hospitalier, assorti de prestations haut de gamme pour les dents et les prothèses auditives. C’est un peu comme si l’on équipait une 2 CV avec un moteur de Mercedes et une vision nocturne !

De fait, on nous impose un calendrier beaucoup trop serré pour pouvoir négocier normalement avec les assureurs. Je vais donc tout de même souscrire une enveloppe vide chez AG2R, mutuelle à laquelle nos salariés réfléchissent actuellement. Et puis, à l’avenir, on ne sait pas vraiment non plus comment ces contrats évolueront, c’est un nouveau produit que les assureurs eux-mêmes sont en train de découvrir.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr