Que diriez-vous aux jeunes qui veulent devenir vétérinaires ? - La Semaine Vétérinaire n° 1634 du 12/06/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1634 du 12/06/2015

@… Vous !

FORUM

Auteur(s) : Carole André

C’est un métier plein d’opportunités

JACQUES NARDIN (L 80) Vétérinaire équin, spécialiste des contrôles antidopages.

J’arrive aujourd’hui en fin de carrière. J’ai vu la profession évoluer au fil des années. Même si nous avons connu beaucoup de changements et que l’on trouve toujours que c’était mieux avant, je n’ai pas un discours pessimiste. La profession actuelle souffre des mêmes maux que la société en général : individualisme, manque de respect de certains clients envers les professionnels, mais cela reste un beau métier. Il permet de rencontrer des personnes très intéressantes et de développer des opportunités et des partenariats passionnants pour qui veut s’investir. C’est un métier fabuleux qui m’a permis de troquer ma tenue de vêlage des débuts contre des rapports quotidiens avec les plus grands champions du monde équestre. Quand j’ai démarré, nous avions “un stéthoscope et trois médicaments à notre disposition” (en caricaturant). Aujourd’hui, il est plus dur d’évoluer aussi vite, car la technique a pris le dessus.

Je dirais aux jeunes de garder leur côté observateur, qui va permettre de développer leur sens clinique. Ceux auxquels je donne des cours ont tendance à trop attendre de la technique et à oublier qu’ils ont la capacité de trouver des solutions par eux-mêmes.

Les conditions ne sont pas faciles

ANNE DESBORDES (T 05) Vétérinaire équin.

Beaucoup de jeunes filles rêvent de faire mon métier. Selon un sondage, 22 % de celles qui montent à cheval voudraient devenir vétérinaires équins. De mon côté, l’accomplissement de l’exercice de ma passion est réel.

Avec mes parents médecins, je savais qu’il ne fallait pas compter ses heures dans nos professions libérales. Je connaissais la réalité du monde médical. Je n’ai donc pas été surprise de ce côté-là, même s’il est parfois difficile de concilier ce travail avec une vie de famille.

En revanche, le métier n’est pas très rémunérateur, il y a beaucoup de concurrence et ce n’est pas tous les jours facile. Le fait aussi de passer beaucoup de temps sur la route, pour se rendre chez les clients, génère de la fatigue. Je suis passionnée par ce que je fais et je referais probablement la même chose aujourd’hui, mais je ne me lancerais peut-être pas à mon compte. Le salariat est plus confortable et moins contraignant. Je conseillerais aux jeunes de bien réfléchir, outre leur passion, à la façon dont ils veulent mener leur vie professionnelle. Certains professeurs ne sont pas non plus très encourageants. On m’avait assurée que je n’y arriverais pas quand j’étais étudiante. Il faut être prêt à se donner les moyens de réussir.

Se renseigner tôt sur le cursus

SYLVAIN LOARER (L 11) Vétérinaire canin.

Quand je suis entré à l’école vétérinaire, un professeur nous a dit : « Vous ferez tous en sortant autre chose que ce que vous vouliez faire en entrant ». Il n’avait pas tort, même si, à l’époque, je n’y ai pas cru. Le fait est que beaucoup de jeunes se destinent à la profession de vétérinaire sans savoir précisément ce qui les attend. Depuis mes années d’études, je réponds régulièrement aux questions de lycéens sur les forums concernant la formation professionnelle et la préparation aux concours. Je leur conseille de s’y prendre vraiment à l’avance, pour choisir une école et une prépa qui leur conviennent. En anticipant dès la classe de première au lycée, un élève peut changer son dossier scolaire et s’assurer de meilleurs résultats dans les matières où cela pèche. Quand nous recevons des stagiaires de troisième à la clinique, j’insiste bien sur l’importance des bons résultats scolaires pour choisir sa prépa. J’explique aussi qu’aimer les animaux ne suffit pas pour devenir un bon véto. Cela exige un goût pour la gestion et pour tout le côté médical. Certains oublient qu’ils seront peut-être amenés à gérer une entreprise.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr