Lidocaïne : les délais d’attente recommandés par l’EMA - La Semaine Vétérinaire n° 1634 du 12/06/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1634 du 12/06/2015

ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE

Pratique mixte

L’ACTU

Auteur(s) : Stephanie Padiolleau

L’Agence européenne du médicament (EMA) considère que la lidocaïne administrée chez les bovins et les porcs représente un risque pour le consommateur.

Les Pays-Bas ont saisi1 l’Agence européenne du médicament (EMA) en 2012 et l’ont questionnée sur le risque posé par l’utilisation de la lidocaïne chez des animaux destinés à la consommation par l’homme. Cette molécule n’est autorisée que chez les animaux de compagnie et les chevaux. Aucune limite maximale de résidus (LMR) n’est fixée chez les bovins et les porcs.

Un métabolite génotoxique et carcinogène

La lidocaïne est soit éliminée telle quelle, soit métabolisée, principalement en mono-éthylglycinexylidine (MEGX) et en 2,6-xylidine, en proportions variables selon les espèces. Chez le cheval, la MEGX est quasiment le seul métabolite produit, alors que la 2,6-xylidine est majoritaire chez les bovins. Cette molécule est potentiellement génotoxique et carcinogène quand elle est ingérée : cela a été montré in vitro et in vivo chez le rat, sans qu’une limite inférieure de consommation soit déterminée. La lidocaïne est présente localement au point d’injection (dans le cas d’une césarienne, par exemple), mais elle diffuse ensuite dans le sang, les muscles, les reins et le foie de l’animal où elle est métabolisée. Chez l’homme, la lidocaïne ingérée est également métabolisée et conduit à la formation de 2,6-xylidine.

Selon la méthode de calcul employée, le délai d’élimination totale de la molécule et de ses métabolites varie de 45 à 52 jours dans les carcasses de bovins (61 à 70 jours dans le lait). Toutefois, 99,9 % seraient éliminés durant la première journée après l’administration. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a fixé le seuil de préoccupation toxicologique (threshold of toxicology concern, TTC), chez l’homme, à 0,15 µg/personne/jour pour les substances génotoxiques. La durée nécessaire pour passer d’une dose de 3 000 mg de lidocaïne administrée à un bovin au seuil TTC pour l’homme serait de 11 à 17 jours dans les carcasses, et de 15 à 24 jours dans le lait.

Recommandations de délai d’attente

Le Comité des médicaments à usage vétérinaire (CVMP) de l’EMA considère, comme l’Efsa, qu’il n’est pas approprié de déterminer des LMR pour des molécules à la fois génotoxiques et carcinogènes, qui ne devraient pas entrer dans la chaîne alimentaire. Cependant, il reconnaît qu’en l’absence d’alternative2 ou dans certaines situations, il est impossible d’en supprimer totalement l’usage.

En application de la cascade, le délai d’attente minimal à respecter est de 28 jours pour la viande et de 7 jours pour le lait. L’EMA juge le délai appliqué à la viande suffisant chez les bovins pour que la quantité de lidocaïne ou de ses dérivés potentiellement ingérée par l’homme se situe en dessous du TTC. Par contre, elle recommande de respecter 15 jours de retrait pour le lait, soit le double du délai minimal prévu par la réglementation.

En ce qui concerne les porcs, malgré un manque de données sur le métabolisme de la lidocaïne et de ses dérivés dans cette espèce, l’EMA estime que, cette molécule étant utilisée essentiellement dans le cas de castration du porcelet (soit cinq à six mois avant son abattage), le temps d’attente forfaitaire est suffisant. L’agence considère que le risque pour l’homme est négligeable lors de consommation de viande équine en raison de la faible quantité de 2,6-xylidine produite dans cette espèce.

  • 1 http://bit.ly/1S3X2EK.

  • 2 En France, un seul anesthésique local, à base de procaïne, dispose d’une autorisation de mise sur le marché pour plusieurs espèces, dont les bovins et les porcs : le Procamidor®.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr