Évolution de la filière avicole à l’horizon 2025 : quatre scénarios - La Semaine Vétérinaire n° 1633 du 05/06/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1633 du 05/06/2015

CONFÉRENCE

Pratique mixte

FORMATION

Auteur(s) : Lorenza Richard*, Guillaume Coutelet**

Fonctions :
*Itavi, Paris. Article rédigé d’après une présentation faite lors des 11es journées de la recherche avicole à Tours (Indre-et-Loire), les 25 et 26 mars 2015.

En 2014, trois instituts techniques (Idele, Ifip et Itavi1) ont établi ensemble2 des scénarios prospectifs contrastés sur l’impact de la hausse des prix des produits végétaux (depuis 2005) sur, notamment, la filière avicole.

Les scénarios tiennent compte de l’évolution du contexte économique mondial, des systèmes d’exploitation, de l’offre des produits et de la localisation régionale des élevages, et s’appuient sur une étude réalisée à partir d’entretiens auprès d’acteurs de la filière et de réunions d’experts. Dans les quatre scénarios, la consommation de viande est prévue à la baisse, mais son ampleur et son impact varient.

Les hypothèses “Farm bill européen” et “Réveil des productions animales” limitent la baisse des volumes de production en raison des attentes de produits locaux et qualitatifs, alors que dans les autres, la recherche de produits à bas coût favorise les importations et la baisse de consommation est plus importante. Dans les deux premiers scénarios, la restructuration de la filière est progressive et volontaire, alors qu’elle est violente et liée à une concurrence importante dans les deux autres.

L’évolution du contexte économique mondial ne peut être prévue, mais le but est d’ouvrir la discussion entre les différents acteurs au sein des filières. Cela peut aider à la mise en place d’une stratégie collective.

Les quatre scénarios

1 Libéralisation : la situation économique mondiale s’améliore mais celle de l’Union européenne s’enlise. L’Europe poursuit une politique de libéralisation. La restructuration de la filière est violente. La concurrence avec les autres pays s’accroît. Les importations de viande et de produits à base de viande de volaille continuent de progresser et les productions Label, trop chères, diminuent. La production d’œufs reste compétitive en raison de l’amélioration des performances techniques et de l’agrandissement des élevages.

2 Farm bill européen : la situation économique mondiale s’améliore mais celle de l’Union européenne s’enlise. L’Europe soutient l’emploi dans les filières, relayée par des politiques régionales volontaires. Les relations entre les industriels et la grande distribution s’améliorent.

La restructuration de la filière est contrôlée. Les industriels et les éleveurs peuvent investir. La concurrence se réduit, ainsi que la progression des importations, mais la production Label recule. La production d’œufs s’améliore et les exportations augmentent.

3 Repli autarcique et inégalitaire : la situation économique s’aggrave dans le monde et en Europe.

Cela modère les cours des matières premières. Le budget alimentaire des ménages est réduit, la consommation des produits animaux diminue et s’oriente vers des produits à bas prix. La filière avicole n’est pas la plus touchée en raison du faible coût de la viande de volaille, mais la production Label chute. Des circuits de proximité se développent (en polyculture-élevage et en transformation-vente à la ferme) et la production avicole française se déploie sur le territoire, y compris dans les régions à faible densité de production. La production d’œufs se maintient.

4 Réveil des productions animales : la croissance est faible au niveau mondial mais importante en Europe.

La hausse du prix des matières premières est ralentie. Le budget des ménages européens augmente et les choix alimentaires sont plus qualitatifs : cette voie est celle du “consommer moins mais mieux”. Le bien-être animal, le respect de l’environnement et le développement économique local sont pris en compte. Des élevages de taille importante cohabitent avec d’autres de taille moyenne, qui se déploient sur le territoire et ont des débouchés locaux. Les produits de transformation se développent et les Label se maintiennent. La bonne image de l’élevage et la demande pour des produits locaux permettent de limiter les importations. Les marchés locaux, les produits transformés à base de viande de volaille ou d’œufs sont des débouchés pour l’exportation.

  • 1 Institut de l’élevage, Institut du porc, Institut technique de l’aviculture.

  • 2 Avec l’appui financier de FranceAgriMer.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr