L’usage limité de l’informatique en nuage en Europe - La Semaine Vétérinaire n° 1629 du 09/05/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1629 du 09/05/2015

ÉQUIPEMENT

Actu

Auteur(s) : Clarisse Burger

Petites ou grandes, les entreprises de l’Union européenne restent réticentes à utiliser des ressources informatiques à distance, pour des raisons de coût et de sécurité.

L’informatique en nuage ou cloud computing se développe avec parcimonie dans les entreprises de l’Union européenne. Cette technologie permet d’utiliser des applications et des logiciels hébergés à distance, et de stocker des données sur des serveurs accessibles par Internet, et non plus en local dans les ordinateurs de l’entreprise. Avec une condition pour les États membres : respecter la réglementation européenne, à savoir ne pas exporter des données personnelles dans un pays qui ne prévoit pas de règles de protection de celles-ci.

Dans la catégorie des entreprises de plus de dix personnes (issues du secteur marchand), 12 % des sociétés françaises – quelle que soit l’activité – ont investi dans des services de cloud computing, un ratio proche de celui de l’Allemagne, mais inférieur à la moyenne européenne (19 %). L’utilisation de l’informatique en nuage est actuellement limitée, surtout pour des raisons de coût (pour 34 % d’entre elles), de sécurité des données (24 %) et de manque de connaissance (32 %). Alors que le cloud est conçu pour permettre de réaliser des économies sur l’infrastructure informatique, 37 % des sociétés clientes (de toute taille) en limitent l’usage, estimant le tarif pour les services associés trop élevé.

D’autres préoccupations freineraient aussi l’émergence du cloud computing, telles que le manque de connaissance de cette technologie et de la portabilité des données. C’est ce que révèle la dernière étude européenne de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur le sujet, publiée le 22 avril.

Pour les plus grandes sociétés de plus de 250 personnes, le cloud computing a davantage d’importance : 36 % des entreprises en France l’utilisent, versus 35 % en moyenne en Europe.

Un usage du cloud sans trop de dépendance

L’usage de l’informatique en nuage par les entreprises européennes concerne surtout la messagerie et le stockage de données. 62 % d’entre elles ont recours aux services de courrier électronique et 61 % à ceux du stockage de fichiers. La majorité (55 %) des structures déclarent n’utiliser que des services impliquant une dépendance technologique moyenne de l’entreprise : logiciels de bureautique, hébergement de base de données, etc. Tandis que 42 % se servent de services avancés : logiciels de comptabilité, de gestion de la relation client, puissance de calcul nécessaire aux applications de l’entreprise.

Dans le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques, l’étude de l’Insee montre que 42 % des entreprises ont investi dans des services de cloud moyens et que 55 % utilisent au moins un des services avancés (3 % en ont choisi d’autres).

Une question importante reste aujourd’hui à résoudre pour les dirigeants d’entreprise : faut-il utiliser les serveurs à distance partagés (publics) ou dédiés (privés), ou bien les deux, pour y héberger ses données ? L’étude précise qu’en 2014, la majorité (63 %) des sociétés d’au moins dix personnes utilisaient des services partagés, 55 % des serveurs dédiés, et que 18 % avaient recours aux deux types de technologie. Les réticences demeurent fortes dans les sociétés de plus de 250 personnes pour des raisons de sécurité (pour 56 % d’entre elles), de localisation de données (46 %) et de législation (45 %).

Reste qu’une bonne part des grandes entreprises en France, selon d’autres études, pensent que leurs données stratégiques et critiques doivent demeurer en interne, pour garantir un niveau élevé de sécurité.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr