Les affections bucco-dentaires du furet - La Semaine Vétérinaire n° 1627 du 24/04/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1627 du 24/04/2015

SYNTHÈSE

Pratique canine

FORMATION

Auteur(s) : Julien Goin

Fonctions : Praticien à la clinique
de Charbonnière à Saint-Jean-de-Braye (Loiret).

POINTS FORTS

Les affections buccodentaires du furet sont principalement représentées par le tartre, la maladie parodontale et les fractures de crocs. Leur traitement est identique à celui utilisé chez le chien et le chat. En cas de masse buccale (sialocèle, tumeur), la cytoponction permet d’orienter le diagnostic, le traitement demeurant dans tous les cas chirurgical.

Les principales affections bucco-dentaires rencontrées chez le furet sont le tartre, la maladie parodontale et les fractures dentaires. Ces affections sont le plus souvent asymptomatiques, et leur découverte est généralement fortuite. Lors d’atteinte sévère, elles peuvent entraîner une dysphagie ou une hypersalivation. Les masses à localisation buccale ou péribuccale (abcès dentaire, sialocèle et tumeur) sont plus rares, mais également décrites.

Rappels anatomiques

Le furet est un carnivore strict, dont la denture est adaptée à la chasse et à la consommation de proies (crocs développés et dents différenciées et pointues). Il possède 34 dents, et sa formule dentaire est I 3/3 C 1/1 PM 3/3 M 1/2. Il existe cinq principales paires de glandes salivaires : les glandes parotides, sublinguales, submandibulaires, molaires et zygomatiques.

Tartre et maladie parodontale

Le tartre dentaire est fréquent chez le furet, et doit être recherché à chaque bilan de santé. Il concerne surtout les deuxièmes et troisièmes prémolaires supérieures. Il entraîne l’apparition de la maladie parodontale, qui peut se manifester cliniquement par une gingivite, une récession gingivale, une pyorrhée alvéolo-dentaire, etc. (photo 1) Les abcès dentaires sont toutefois peu fréquents chez le furet.

Expérimentalement, il a été montré que la distribution d’une alimentation humide ou semi-humide s’accompagnait de la formation de tartre et de maladie parodontale. Toutefois, ces affections sont également rencontrées chez les furets nourris avec une alimentation industrielle sèche de type croquettes. Ainsi, leur nature solide pourrait entraîner une abrasion dentaire favorisant la formation du tartre.

Le traitement repose sur le détartrage et le polissage des dents, réalisés sous anesthésie générale avec intubation trachéale, et associés à une antibiothérapie. Les moyens de prévention sont théoriquement les mêmes que chez le chien et le chat, bien que le brossage des dents reste en pratique peu évident à réaliser chez le furet.

Fractures dentaires

Les lésions dentaires de type dyscoloration, abrasion et fracture sont fréquentes et concernent essentiellement les crocs, notamment leur extrémité (photos 2 à 4). Leur origine est traumatique : distribution d’une alimentation industrielle sèche (croquettes), morsure et mâchonnement d’objets (jouets, barreaux de cage). Elles n’entraînent généralement pas de gêne ou de douleur, à moins que la pulpe dentaire ne soit exposée.

Le traitement des abrasions dentaires avec exposition de dentine réside dans l’application de ciment verre ionomère ou de résine dentaire, de préférence photopolymérisable, ce qui permet de diminuer la sensibilité dentaire. Le traitement des fractures avec exposition de pulpe repose sur la dévitalisation (traitement endodontique) ou l’extraction dentaire, réalisées sous anesthésie générale.

Sialocèle

La sialocèle, ou mucocèle salivaire, est une accumulation de salive dans les tissus sous-cutanés, résultant généralement du traumatisme d’une glande salivaire. Cette affection est peu fréquente, mais décrite chez le furet. Elle se traduit par l’apparition d’un gonflement facial, dont la localisation est variable en fonction de la glande atteinte. Les commissures labiales, ou la région périorbitaire lors de sialocèle zygomatique, sont fréquemment touchées. Cette dernière peut s’accompagner d’une gêne respiratoire parfois intense.

Le diagnostic est réalisé par ponction et analyse cytologique. La ponction permet de récolter un liquide visqueux, clair ou teinté de sang. L’examen cytologique montre la présence de matériel amorphe et parfois d’hématies. La sialographie, examen radiographique réalisé avec injection d’un produit de constraste iodé dans la sialocèle, permet d’en préciser l’étendue, et parfois d’identifier la nature de la glande atteinte.

Le traitement idéal repose sur l’exérèse chirurgicale de la glande atteinte. Toutefois, l’origine exacte de la sialocèle est souvent difficile à établir, et l’exérèse est généralement rendue malaisée par la petitesse et la complexité des structures faciales. L’aspiration par ponction est inefficace. La marsupialisation de la sialocèle est une option alternative. Si la sialocèle fait protrusion dans la cavité buccale, celle-ci doit préférentiellement être pratiquée vers cette dernière, par la réalisation d’une incision circulaire large. À défaut, une marsupialisation vers l’extérieur peut être effectuée, avec mise en place d’un drain et d’un carcan pendant plusieurs semaines, jusqu’à tarissement de la sialocèle. Dans un cas décrit, une incision simple à la lame de bistouri en face médiale de la sialocèle a permis une guérison définitive. Les récidives sont cependant fréquentes.

Tumeurs buccales

Les tumeurs buccales demeurent rares, mais sont néanmoins décrites chez le furet. Le carcinome à cellules squameuses est le type tumoral le plus souvent rapporté. Il se caractérise par un gonflement ferme en région maxillaire ou mandibulaire. Il est en général unique, mais peut parfois apparaître à plusieurs sites simultanément. Le traitement repose sur une exérèse chirurgicale large (maxillectomie, mandibulectomie). Dans un cas décrit, une radiothérapie complémentaire a été utilisée.

Retrouvez les références bibliographiques de cet article sur http://bit.ly/1E1zzie.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr