Actualités sur le syndrome HS-HA du chien - La Semaine Vétérinaire n° 1623 du 27/03/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1623 du 27/03/2015

Formation

ANIMAUX DE COMPAGNIE

Auteur(s) : Thomas Brément

Cet article vise à faire le point sur le syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité (HS-HA) du chien en insistant sur les aspects épidémiologiques et cliniques. Il s’appuie en particulier sur les résultats d’une étude menée à Nantes entre 2009 et 20121.

DÉFINITION

Le syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité est un trouble qui apparaît dès les premiers mois de la vie du chien. Il est la conséquence d’un mauvais développement des voies neuronales responsables de l’apprentissage, de la mémorisation et du contrôle de l’activité motrice (hyperactivité, voie dopaminergique en particulier) et d’un dysfonctionnement des voies impliquées dans la régulation de la transmission des informations sensorielles (hypersensibilité, voie noradrénergique principalement), tandis que le chiot évolue dans un milieu hypostimulant en l’absence d’un adulte régulateur compétent.

MOTIFS DE CONSULTATION

Le syndrome HS-HA concerne plus de 30 % des animaux présentés en consultation de comportement. Les principaux motifs de consultation sont l’agressivité (30 % des cas), les destructions, une hyperactivité motrice et des vocalises.

ÉPIDÉMIOLOGIE

Le syndrome HS-HA affecte davantage les chiens de moins de 1 an. Si aucune race ne semble statistiquement prédisposée, celles de type retriever (labrador et golden) apparaissent surreprésentées. En revanche, les conditions d’acquisition sont corrélées à l’apparition du syndrome. Ainsi, indépendamment de l’âge d’acquisition, les animaux acquis chez des particuliers sont statistiquement plus touchés. Ce phénomène peut s’expliquer par une adoption précoce des chiots ou par un interventionnisme excessif de la part des propriétaires entre la mère et ses chiots, qui empêchent l’apprentissage des autocontrôles (la morsure, en particulier).

De plus, contrairement à ceux des élevages professionnels, les chiots acquis chez des particuliers naissent, pour la plupart, d’une mère primipare, incompétente voire immature, ou elle-même atteinte d’un trouble du comportement qui altère ses capacités d’éducation. Enfin, les races de type labrador sont naturellement plus tolérantes à la douleur, y compris à la morsure des chiots, qui entraîne normalement une réprimande à l’origine de l’acquisition du contrôle de celle-ci.

SÉMIOLOGIE ET DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL

→ La sémiologie du syndrome HS-HA est variée et il importe d’explorer de façon exhaustive les signes associés à un développement comportemental anormal, les comportements centripètes, centrifuges et mixtes (voir encadré). Une dizaine de signes cliniques fréquemment décrits peuvent être répertoriés (voir tableau).

→ Le diagnostic différentiel s’établit principalement avec les autres troubles du développement (syndrome de privation, dyssocialisation primaire), les sociopathies et les états d’hyperattachement.

→ Le syndrome HS-HA peut être associé à de nombreuses affections comportementales (voir graphique). Ainsi, les troubles de l’apprentissage sont fréquents en raison du déficit d’attention et de mémorisation. Le syndrome HS-HA peut être à l’origine d’un état émotionnel incompatible avec une émission et/ou une réception efficace des signaux de communication avec l’homme ou d’autres congénères, ou de l’octroi de prérogatives à un animal insistant et fatigant auquel les propriétaires cèdent (présentes chez 61,3 % des individus). Cette situation fait le lit de troubles de la communication (20 % des cas) et des sociopathies. De par leur étroite liaison aux conditions de développement, les troubles phobiques (phobie sociale, syndrome de privation) sont également fréquemment associés. L’évolution peut aussi se faire vers un hyperattachement ou une hyperagressivité secondaire, qui devient rapidement dangereuse (absence de contrôle de la morsure).

TRAITEMENT

La maladie étant rarement spontanément réversible, le traitement associe une thérapie comportementale et une autre médicale. L’efficacité de la prise en charge dépend principalement de l’âge auquel elle intervient (meilleure avant la puberté).

Thérapie médicamenteuse

Le tableau clinique sert de référence pour choisir le psychotrope le plus adapté, car il permet de déterminer les neurotransmetteurs majoritairement impliqués. Le traitement médical permet de favoriser le contrôle de l’activité motrice et le retour à un état d’équilibre émotionnel. Les molécules habituellement indiquées sont :

→ la sélégiline (chez le chiot ou en l’absence de troubles du sommeil et de la satiété, 0,5 mg/kg/j en une prise) ;

→ la fluoxétine (lors de stéréotypies, de troubles obsessionnels compulsifs, d’impulsivité, de troubles hiérarchiques, 2 à 4 mg/kg/j en une prise) ;

→ la fluvoxamine (lors de stéréotypies, de troubles obsessionnels compulsifs, d’impulsivité, de troubles hiérarchiques, 2 à 5 mg/kg/j en deux prises) ;

→ la clomipramine (lors de troubles du sommeil ou de stéréotypies, d’impulsivité, de troubles hiérarchiques, 2 à 4 mg/kg/j en une prise).

Le recours à l’alpha-casozépine est déconseillé.

Un “blanc” thérapeutique de 15 jours est respecté entre le sevrage et la mise en place d’un autre traitement agissant sur la sérotonine.

La thérapie comportementale

La thérapie comportementale est instaurée après que l’activité motrice du chien et son homéostasie sensorielle sont régulées (soit un délai de 3 à 4 semaines). Elle fait appel à la thérapie par le jeu, qui vise à enseigner à l’animal à contrôler son activité motrice et l’intensité de la morsure, et à des techniques issues de la régression sociale dirigée destinées à enseigner au chien l’inhibition sociale. Le traitement est long (plusieurs mois, voire des années) et une bonne alliance avec le client est indispensable.

PROPHYLAXIE

La prévention repose sur l’optimisation des conditions d’élevage. Il convient de veiller à ce que ces dernières soient suffisamment stimulantes, à écarter de la reproduction des mères trop jeunes ou elles-mêmes atteintes du syndrome HS-HA, à avoir un nombre d’adultes régulateurs compétents suffisant pour la taille de la portée, à éviter la séparation trop précoce et le choix du chiot le plus turbulent.

  • 1 Brément T. « Dominantes pathologiques en psychiatrie vétérinaire canine : étude bibliographique et rétrospective menée à Nantes entre 2009 et 2012 (229 cas) ». Th. Méd. Vét. Nantes. 2014;228.

  • → Les traitements en comportement du chien et du chat, Le Point Vétérinaire numéro spécial, volume 35, 2004.
  • → Mege C. et coll. « Pathologie comportementale du chien ». Masson-Afvac, Paris. 2003;319.

SÉMIOLOGIE DU SYNDROME HS-HA

Développement comportemental :

→ Lieu et mode d’élevage hypostimulants.

→ Incompétence maternelle (primipare, mère HS-HA, taille de la portée trop importante) ou séparation précoce de la mère (avant 8 semaines).

→ Apprentissages tardifs et acquisition difficile sur le long terme, obéissance aléatoire.

Comportements centripètes :

→ Déficit ou absence de satiété alimentaire.

→ Dyspepsie, jeux autour de l’écuelle.

→ Stéréotypies (tournis), troubles obsessionnels compulsifs.

→ Malpropreté urinaire et/ou fécale, lieux d’élimination aléatoires.

→ Hyposomnie (moins de 8 heures par nycthémère).

Comportements centrifuges :

→ Comportement exploratoire exacerbé et non contrôlé : hypersensibilité à tout stimulus, hypervigilance, hyperactivité motrice, déficit des autocontrôles (l’intensité de la morsure, en particulier), conduites infantiles, destructions spectaculaires, etc.

→ Absence de signal d’arrêt dans le jeu, chien monotâche.

→ Agressions rares chez le chiot mais communes chez l’adulte par irritation, avec un risque d’instrumentalisation rapide.

→ Qualités relationnelles et de communication avec le propriétaire altérées.

Comportements mixtes :

→ Chevauchements possibles sans caractère sexuel.

→ Altération des compétences maternelles.

Remarque : tous les signes cliniques ne sont pas nécessairement présents chez un même chien.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr