Relations entre les données anatomiques et l’expression clinique des premières voies respiratoires - La Semaine Vétérinaire n° 1616 du 06/02/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1616 du 06/02/2015

Formation

ÉQUIDÉS

Auteur(s) : Sophie Paul-Jeanjean

L’expression clinique des affections des cavités nasales et sinusales, du naso-pharynx et des poches gutturales (jetage, déformations, bruits) traduit la présence de lésions associées ou non à des troubles fonctionnels (dysphagie, cornage, etc.).

AFFECTIONS NASALES

Les cavités nasales sont délimitées entre elles par le septum, dont sont issus les cornets nasaux ventraux et dorsaux. Ces derniers définissent trois méats : dorsal, moyen et ventral (le plus vaste). Richement vascularisé, l’éthmoïde, dont les volutes atteignent la partie caudale de la cavité nasale, constitue le centre sensoriel de l’olfaction.

La muqueuse pituitaire est répartie sur une surface très étendue du fait de la présence des cornets nasaux. Son inflammation induit les écoulements nasaux. La localisation de certains agents pathogènes sur la partie spongieuse provoque également des phénomènes de nécrose souvent en relation avec les sinus conchaux. Des altérations nerveuses expliquent les flaccidités de l’aile du nez, qui induisent une obstruction de l’écoulement de l’air. Une adénomégalie mandibulaire est observée lors d’inflammation de ces structures.

L’anatomie des sinus est complexe. Ces cavités anfractueuses sont toutes reliées et leur drainage est assuré par la fente sinuso-nasale, située au plafond du méat moyen. Les sinus frontaux caudal et cranial communiquent largement, et ce dernier avec le sinus maxillaire caudal via l’orifice naso-maxillaire (proche des volutes ethmoïdales). Celui-ci est séparé par une membrane cartilagineuse du sinus maxillaire rostral. Les deux sinus maxillaires renferment le canal infra-orbitaire. Leur plancher repose sur les quatre dernières molaires.

Le nasopharynx se situe au-dessus de la face dorsale du voile du palais. Les choanes définissent sa limite antérieure avec les cavités nasales. La position et l’anatomie fonctionnelle du nasopharynx expliquent les signes de dysphagie et/ou d’obstruction dynamique des premières voies respiratoires lors d’atteinte des nerfs IX et X.

POCHES GUTTURALES

Ces formations propres aux équidés et à certains mammifères constituent une dilatation des trompes auditives. Elles contiennent 300 à 500 ml d’air et occupent l’espace délimité par la base du crâne, la face ventrale de l’atlas et le bord dorsal du pharynx.

Les poches gutturales se moulent proximalement sur l’os stylo-hyal, qui divise chaque poche en deux compartiments : un premier assez vaste et un second latéral plus réduit. Les poches gutturales communiquent avec le pharynx par une ouverture pharyngée limitée au niveau de celui-ci par une lame fibrocartilagineuse. Cette ouverture se prolonge par un canal en forme d’entonnoir orienté dorsalement et caudalement. Ce dernier présente un rétrécissement caudal dû à la présence d’un repli transverse (repli salpingo-pharyngé, situé ventralement).

Article tiré de la conférence de Jean-Luc Cadoré, professeur à VetAgro Sup, présentée lors des journées annuelles de l’Association vétérinaire équine française (Avef) à Pau, en octobre 2014.

EN PRATIQUE

→ L’introduction d’une sonde naso-œsophagienne ou d’un endoscope s’effectue dans le méat ventral, car celui-ci est le plus large. Ce geste évite de buter dans l’ethmoïde.

→ Les affections sinusales sont susceptibles d’entraîner des déformations de la face et un jetage séreux, purulent ou hémorragique. À l’endoscopie, du pus peut être visible au niveau de la fente sinuso-nasale. Compte tenu des relations étroites avec les racines dentaires, un examen systématique de la cavité buccale s’impose.

→ Chez le cheval, la respiration par la bouche est impossible à cause du voile du palais.

→ Ce repli rend la cathétérisation des poches gutturales difficile et se révèle responsable d’obstruction lors de tympanisme.

→ Les relations intimes avec les artères carotide interne et maxillaire et de nombreux nerfs (IX, X et XII, notamment) expliquent les déficits neurologiques (dysphagie) et les hémorragies lors d’infections mycosiques et bactériennes des poches gutturales.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr