Prothèses et orthèses sur mesure : une solution lors de handicap - La Semaine Vétérinaire n° 1614 du 23/01/2015
La Semaine Vétérinaire n° 1614 du 23/01/2015

Matériel médical

Actu

SANTÉ ANIMALE

Auteur(s) : Cynthia Voyard*, Loïc Desquilbet**, Pierre Moissonnier***

Fonctions :
*Maîtres de conférences, service d’épidémiologie clinique et biostatistique, ENVA.
**Professeur au service de chirurgie de l’ENVA.

Le développement récent de la rééducation fonctionnelle permet une meilleure prise en charge des animaux handicapés. Si les appareils de type prothèse et orthèse se sont développés, une enquête montre qu’ils restent rarement proposés en France.

Les appareils orthopédiques sur mesure n’en sont qu’à leurs balbutiements en France. Pour faire le point sur les connaissances des vétérinaires praticiens à cet égard, une étude épidémiologique descriptive adressée à 1 030 vétérinaires canins exclusifs français1 inscrits dans l’annuaire Roy, à l’aide d’un questionnaire en ligne, tente de dresser un état des lieux sur l’accès aux prothèses et aux orthèses sur mesure chez les carnivores domestiques en France. Il en ressort que ce matériel est majoritairement méconnu des praticiens et reste matériellement relativement inaccessible. En effet, 56 % connaissent l’existence de prothèses externes chez les carnivores domestiques et 64 % celle des orthèses. La prise en compte des biais éventuels de l’étude permet d’avancer qu’en France, probablement entre 40 et 60 % (respectivement entre 50 et 70 %) des praticiens canins sont informés de l’existence de prothèses externes (respectivement d’orthèses) chez les carnivores domestiques. Par ailleurs, seuls 8 % de l’échantillon ont connaissance d’entreprises capables de fabriquer ce type d’appareil sur mesure. Parmi cette proportion, moins de la moitié sont allés jusqu’au terme de la démarche de fabrication.

Vers un partenariat avec des orthoprothésistes

À la suite de cette étude et en vue de faciliter l’accès encore restreint à ces appareils2, la mise en place d’un partenariat alliant des compétences vétérinaires et orthoprothésistes a été proposée. Celui-ci a consisté en la sélection d’animaux présentant une indication pour de tels appareils. Ces derniers ont alors été confectionnés en collaboration avec un orthoprothésiste fabriquant des dispositifs humains. Ce partenariat a permis d’obtenir des résultats cliniques encourageants. Ce type d’échange, s’il était amené à se développer, permettrait une meilleure prise en charge des animaux handicapés, dans la mesure où actuellement, seuls des appareils normés et manufacturés, donc non adaptés à la morphologie de chaque individu, sont disponibles.

Un appareillage sous contrôle vétérinaire

La décision de la prise en charge de tels animaux doit être un choix éclairé, puisqu’elle s’échelonne sur plusieurs semaines. Elle implique un vétérinaire superviseur, capable de confirmer une indication pour de tels appareils et qui coordonne la fabrication avec l’orthoprothésiste.

À l’instar des appareils humains, la délivrance n’est pas immédiate et plusieurs réajustements se révèlent le plus souvent nécessaires. Par ailleurs, ces dispositifs restent coûteux (de 300 à 1 300 € selon la demande). Une meilleure diffusion de cette information devrait déboucher sur une offre adaptée au marché vétérinaire français de manière à répondre aux attentes des propriétaires, évitant un vide thérapeutique, voire le recours à l’euthanasie en l’absence d’autre option.

  • 107 retours étaient exploitables. Cette étude a été réalisée dans le cadre de la thèse de Cynthia Voyard : « État des lieux et proposition de facilitation de l’accès aux prothèses et orthèses sur mesure chez les carnivores domestiques en France », ENVA 2014.

  • L’offre en France pour les appareils sur mesure est quasi nulle. D’après un sondage réalisé auprès de l’Union française des orthoprothésistes lors de cette étude et des recherches annexes, aucune structure française ne se destine exclusivement à cette prise en charge.

Orthèse et prothèse : quelles différences ?

Les prothèses sont des appareils de suppléance qui remplacent une partie du corps à la suite d’une amputation, par exemple, tandis que les orthèses pallient une déficience fonctionnelle d’une partie du corps lors de troubles neurologiques, d’affections ligamentaires, d’instabilités rachidiennes, de prise en charge de fractures, de plaies, etc.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr