La moitié des vétonautes ne font pas confiance au cloud - La Semaine Vétérinaire n° 1568 du 17/01/2014
La Semaine Vétérinaire n° 1568 du 17/01/2014

Entre nous

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

Auteur(s) : Clarisse Burger

Les vétérinaires ne sont vraisemblablement pas prêts à confier leurs données personnelles au cloud computing (ou l’informatique en nuage), comme en témoi­gne notre dernier sondage en ligne sur Lepointveterinaire.fr. Près de la moitié des praticiens interrogés déclarent ne pas avoir confiance dans le cloud, et un quart d’entre eux ne savent pas de quoi il s’agit.

Ce type d’écosystème informatique n’est pourtant pas dénué d’atouts. Reliée aux servi­ces d’une architecture en nuage sur Internet, une entreprise accède à ses données traitées et stockées sur des serveurs, via des applications distantes, à partir de n’importe quel terminal (smartphone, tablette, PC de bureau, etc.) et n’importe où dans le monde. Ce système ressemble à une forme de service à la demande, avec un paiement à l’usage, un peu comme pour l’eau ou l’électricité.

Les principaux avantages pour une entreprise sont l’optimisation de ses coûts d’hébergement des données et de traitement, et l’accès en ligne à des logiciels à la demande. Plusieurs solutions dématérialisées existent aujourd’hui et offrent des niveaux de sécurité différents : le cloud public où les services sont partagés par plusieurs clients, le cloud privé destiné à une seule entreprise, ou encore le système hybride (public et privé). Reste la question cruciale du contrôle et de la protection des données confidentielles ou sensibles. Bon nombre de dirigeants français considèrent – à juste titre – qu’il ne faut ni exposer ni stocker les données stratégiques de son entreprise sur Internet. De plus, quel cadre juridique appliquer, alors que les serveurs qui hébergent les données se trouvent dans tel ou tel pays ? En France, afin de clarifier les choses, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) – qui protège la vie privée – a publié en 2012 un ensemble de recommandations pratiques pour les petites et moyennes entreprises qui se dotent de services informatiques en nuage1.

La récente affaire Snowden, qui a dévoilé l’an dernier les programmes américains et britanniques de surveillance numérique, illustre bien la crainte actuelle des entreprises à stocker leurs données non seulement aux États-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde. En juin 2013, Edward Snowden, ex-informaticien de l’agence de renseignements américaine (NSA), a transmis à plusieurs journaux anglo-saxons, dont le quotidien britannique The Guardian, des documents classés “top secret”. Ceux-ci visaient notamment les pratiques de surveillance des services secrets britanniques en colla­boration avec les États-Unis. Des sites de l’Union européenne n’auraient pas non plus été épargnés par ces méthodes, selon le journal allemand Der Spiegel. De quoi freiner le développement du cloud, notamment en Europe. La Commission européenne a réagi tardivement à l’affaire Snowden, et a demandé aux États-Unis un engagement au respect du droit fondamental des données personnelles.

En France, la polémique sur l’article 13 de la loi de programmation militaire, adoptée par le Sénat en décembre dernier, pointe la surveillance numérique des citoyens et relance la question du contrôle des données par l’État et de l’atteinte aux libertés individuelles. Un débat public et un projet de loi sur les libertés numériques en 2014 ont été promis par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Économie numérique, pour qui la transformation via le Web et la compétitivité des entreprises devraient se faire (aussi) par le cloud. Un rapport de synthèse devrait être remis au gouvernement ce mois-ci, après l’appel à contribution lancé fin novembre 2013, sur le thème du développement de l’informatique en nuage en France. Affaire à suivre.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr