ANNIE TAVERNIER INTERVIENT EN MÉDIATION ANIMALE EN SAÔNE-ET-LOIRE - La Semaine Vétérinaire n° 1545 du 21/06/2013
La Semaine Vétérinaire n° 1545 du 21/06/2013

Reportage

Auteur(s) : CHANTAL BÉRAUD

Si certains services hospitaliers pratiquent déjà la méthode thérapeutique appelée médiation animale depuis des décennies, la Mutualité française de Saône-et-Loire1 innove en proposant cette prestation, nommée Canid’Home, aussi bien en Établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad, 110 € pour deux heures) qu’à domicile (20,60 € l’heure). « Ce projet est né sous l’impulsion de l’infirmière coordinatrice du Service de soins infirmiers à domicile (Ssiad), Karine Martin Da Silva, explique Marie-Anne Bully-Marilier, directrice du pôle “services à la personne”. Nous avons obtenu 16 500 € d’aide au lancement, après avoir remporté un appel à projets financé par le conseil général et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, visant à créer des services d’intérêt spécifique auprès des malades d’Alzheimer. »

Une aide-soignante atypique

Pour créer ce duo, Annie Tavernier, aide-soignante au Ssiad, présentait un profil idéal. Déjà propriétaire d’un terrier de sept ans, elle avait auparavant travaillé au sein de plusieurs institutions médicales suisses qui admettaient des animaux. « Il fallait quelqu’un d’autonome, capable de s’investir totalement. Ne serait-ce qu’en gardant Grignette 24 heures sur 24, 365 jours par an », reconnaît la directrice. « C’est une vraie responsabilité », reconnaît Annie Tavernier, qui commence avec les soins à Grignette : c’est elle qui conduit la chienne jusqu’à son cabinet vétérinaire habituel, à Pierre-de-Bresse, en cas de besoin. Mais c’est la Mutualité qui doit approuver et régler la facture…

« Innover en matière de prestations à domicile, j’en ai l’habitude, explique la directrice. Mais, n’ayant pas de chien moi-même, je découvre au fur et à mesure tout ce que cela implique, dont le budget santé… » Par exemple, la Mutualité a accepté de payer des croquettes light, pour prévenir la prise de poids chez cette chienne stérilisée et limiter le risque d’arthrose de la hanche.

Quant à Annie Tavernier, elle vient de caler l’opération d’un entropion sur son propre calendrier de vacances, puisqu’il sera impossible à Grignette de travailler durant ses jours de port de collerette !

Un chien qui “soigne”

Après 25 séances avec Corinne Gaillard, éducatrice canine dans l’Ain, puis à force d’exercices quotidiens et de complicité avec Annie Tavernier, Grignette est aujourd’hui un chien de travail docile, joueur, sociable, qui aime saisir les objets. Avec les personnes âgées, elle se montre tour à tour vive ou patiente, s’adaptant à leurs réactions ainsi qu’aux ordres. « Son contact suscite l’intérêt chez la majorité des malades, constate sa maîtresse. Quand ils disent non, ce n’est pas un échec, cela prouve qu’ils sont encore capables d’exprimer une volonté, une émotion. Une minorité refuse de participer… tout en la regardant. Quand, à la fin, ils sourient ou la caressent, c’est gagné. Il ne faut rien brusquer. » Annie Tavernier constate cependant que « beaucoup de personnes (y compris des soignants) ne font pas bien la différence entre un simple chien visiteur et un chien qui soigne. La médiation animale n’est pas une méthode encore suffisamment reconnue ».

« Ce sont souvent les infirmières ou les animatrices qui parviennent à convaincre les directeurs d’Ehpad de faire appel à nous, conclut Marie-Anne Bully-Marilier. Mais la demande auprès des seuls patients souffrant d’Alzheimer reste insuffisante pour rembourser nos frais. Nous envisageons donc d’élargir l’offre à toute personne âgée, ainsi qu’à des adultes ou à des enfants handicapés, tant en institution qu’à domicile. »

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr