Focus sur certaines atteintes du pied chez le cheval - La Semaine Vétérinaire n° 1532 du 22/03/2013
La Semaine Vétérinaire n° 1532 du 22/03/2013

Formation

ÉQUIDÉS

Auteur(s) : Christophe Lischer*, Loïc Entwistle**, Marine Neveux***

Fonctions :
*clinique vétérinaire, Berlin (Allemagne).
**Windsheim (Allemagne).
***Article tiré des conférences présentées lors du congrès de médecine et de chirurgie équines de Genève, en décembre 2012.

Les affections des tissus mous chez le cheval sont soit aiguës, soit chroniques. Les symptômes incluent une boiterie, un pouls accru et un test à la pince positif. Lorsque le bourrelet coronaire est enflé, la situation est déjà dégradée. La boîte cornée mérite alors un examen local attentif et le diagnostic repose sur l’imagerie.

KÉRATOME

Il s’agit d’une prolifération de corne de mauvaise qualité. Le kératome englobe différentes formes, parfois atypiques comme celle d’une petite sphère. Des blessures au niveau du sillon coronal ou un abcès récidivant peuvent en être les causes. Lors d’abcès chronique, il convient donc de penser au kératome.

Le recours à la radiographie et à l’imagerie par résonance magnétique permet de mieux visualiser les lésions. La thérapeutique fait appel à la chirurgie pour retirer le tissu défectueux tout en préservant la stabilité de la boîte cornée, ce qui est important.

Il convient d’utiliser une ferrure comportant une plaque, par exemple à l’aide de sillons pour combler la fourchette. Le tissu modifié doit être excisé, avec un curetage, et le trou est comblé. Tout ce qui est douteux doit être retiré, en veillant à ne pas léser les tendons. En phase postopératoire, le pansement stérile est à renouveler tous les trois à quatre jours. Le tissu de granulation doit rester stable.

Il existe parfois des kératomes latéraux. Lorsque la corne a poussé jusqu’à la moitié du sabot, la stabilité est bonne. Il faut alors éviter une infection de l’articulation. Notre confrère témoigne d’un taux de récidives bas jusqu’à présent. L’intervention est un succès dans 80 % des cas.

CRAPAUD

Cette parakératose réagit à une inflammation du derme. Elle est souvent observée au niveau de la fourchette. Les glomes sont également atteints. Les bactéries anaérobies pourraient jouer un rôle dans cette lésion, reste à savoir jusqu’à quel point. Le suivi doit être rigoureux. Notre confrère utilise un mélange d’iode, d’oxyde de zinc, de métronidazole, d’acide tanique qui dessèche et aseptise, puis il applique un fer thérapeutique que le propriétaire peut enlever pour remettre un nouveau pansement.

ABCÈS

Les symptômes sont typiques, mais un abcès peut prendre des formes variées. Il n’y a pas toujours un pouls digité élevé. Notre confrère invite à le localiser avec la pince exploratrice. Le diagnostic différentiel peut inclure la fracture. Pour le traitement, des cratères sont effectués, en ménageant une transition avec la corne. Tout le tissu atteint doit être enlevé, en veillant à épargner le podophylle. Des complications sont à redouter lorsque l’abcès se manifeste jusqu’à la couronne. Cela peut aller jusqu’à une atteinte de l’articulation interphalangienne distale. Il convient donc d’établir le bon diagnostic. La stabilité de la boîte cornée peut être maintenue en réalisant une fenestration de la zone atteinte, et en maintenant ainsi une partie stable.

En outre, pour un abcès qui remonte jusqu’à la couronne, il est conseillé de s’occuper aussi de l’autre pied et d’y mettre du silicone pour prévenir les risques d’une fourbure de soutien.

CLOU DE RUE

Quand le clou est encore dans le pied, il faut le laisser en place au moment de la radiographie pour connaître la longueur de sa pénétration. L’observation de suintements suspects peut être le signe de l’atteinte d’une structure synoviale. Lorsque le clou a pénétré jusqu’au tendon, un délai de six mois est nécessaire à la guérison du cheval. Les complications possibles sont un séquestre lorsqu’une couche cornée a recouvert la zone lésée, une nécrose du tendon, une adhérence, une bursite, etc.

DERMATITE

Une dermatite de la couronne peut atteindre les glomes. Cette lésion est souvent liée à un problème d’hygiène ou d’origine bactérienne, même si d’autres causes existent.

FERRURE : BROCHER ET PIQUER

« Brocher dans la corne peut engendrer des dégâts, explique Loïc Entwistle, maréchal-ferrant. C’est souvent parce que l’on ne veut pas prendre de risques. » En effet, quand le brochage est effectué dans la ligne blanche, ce qui est correct, la largeur est fortement réduite. Plus rarement, il est aussi possible de piquer un cheval avant la ligne blanche, en présence d’une paroi un peu bombée. « L’important est de choisir chaque type de fer selon chaque type de pied. »

Les clous brochés dans la ligne blanche induisent davantage de risques, mais les ferrures vieillissent mieux. Loïc Entwistle recommande également un choix précis des clous : quand les parois sont assez fines, ceux à collet court empêchent, lors du brochage, d’écarter la ligne blanche et de la comprimer. En outre, pour diminuer les risques, quatre clous peuvent suffire.

Il est rare que le maréchal-ferrant laisse partir un cheval avec un clou piqué, car cela entraîne une boiterie. En revanche, le clou serré est plus vicieux, car souvent le cheval marche correctement après le ferrage et ne se met à boiter qu’un ou deux jours plus tard. Ainsi, chez un cheval fraîchement ferré, il convient de penser aux clous ou à un parage qui aurait été trop court.

Pour vérifier d’éventuels clous trop serrés, une pince à sonder peut être appliquée sur chacun d’eux. Ce test s’effectue d’abord avec un passage très faible, car si le cheval a mal à l’opposé, il réagira quand même. Si le cheval est paré un peu court, il est possible de mettre des plaques qui seront plus pratiques à brocher.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr