Bioagresseur et insecticide : une synergie fatale pour l’abeille - La Semaine Vétérinaire n° 1528 du 22/02/2013
La Semaine Vétérinaire n° 1528 du 22/02/2013

Formation

PRODUCTIONS ANIMALES/ABEILLES

Auteur(s) : Cyril Parachini-Winter

Nosema ceranae est un parasite unicellulaire à développement intracellulaire, souvent apparenté aux champignons, qui sévit dans l’intestin moyen d’Apis mellifera. Nosema spp. est omniprésent dans nos ruches (portage asymptomatique), mais il peut provoquer une nosémose clinique, une maladie grave chez l’abeille. Mathieu Roudel et son équipe1 ont donc cherché à évaluer l’existence de souches de virulences variables, et la possibilité de les différencier en utilisant dix marqueurs génétiques.

À l’inverse d’autres parasites microsporidiens, il existe peu de marqueurs moléculaires efficaces pour Nosema. Afin d’augmenter la sensibilité de la discrimination entre différents isolats (ensemble des variants de N. ceranae présents dans une seule abeille), une approche multilocus a été choisie. Les résultats obtenus sont sans équivoque : statistiquement, entre les marqueurs de parasites provenant d’abeilles de différents pays (France, Liban, Maroc, Thaïlande) et ceux trouvés chez un seul individu, la distance génétique n’est pas si grande. Cela exclut la possibilité de différencier des souches parasitaires sur la base de leur seul génome. De plus, il semble que pour chaque marqueur, il existe au moins un allèle en commun entre deux isolats. La population de N. ceranae serait donc similaire pour les diverses catégories d’abeilles étudiées. Peut-être n’existe-t-il finalement qu’une seule population de parasites. Cela conduit à de nouvelles théories afin d’expliquer les différences de virulences observées : les abeilles développent-elles une résistance ou les facteurs environnementaux (pesticides) interagissent-ils avec Nosema ?

N. ceranae et fipronil, une synergie mortelle

L’étude de l’interaction entre les parasites et les insecticides a été l’objet de travaux récents. Les résultats confirment une synergie2 entre ces deux facteurs compromettant la survie d’A. mellifera. En 2011, un travail en commun de Julie Aufauvre et de son équipe de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand avec l’Inra d’Avignon et le CNRS d’Aubière a fait avancer la recherche dans ce domaine. Il a été démontré que l’effet synergique était marqué et de même ampleur lors d’une exposition simultanée au parasite N. ceranae (125 000 spores par abeilles) et à une dose sub-létale de fipronil, ou lors d’une exposition séquentielle (quel que soit l’ordre d’exposition). En outre, le stress occasionné et la mortalité qui en résulte sont plus grands en cas d’exposition à l’émergence des abeilles (le facteur fipronil a un impact moins significatif s’il est appliqué à des abeilles de plus de sept jours). Le fipronil sensibilise donc l’abeille à ce parasite opportuniste qu’est N. ceranae et, réciproquement, l’infection d’un l’individu par l’agent pathogène le rend plus sensible à l’insecticide. La surmortalité induite par une synergie entre le stress naturel et le stress chimique peut donc être affirmée. Ce type d’interaction est également constaté chez le moustique, bien que chez cet insecte aussi les mécanismes impliqués demeurent inconnus. Selon des données récentes (mais non démontrées encore), le fipronil stimulerait le développement de N. ceranae. Une meilleure connaissance de ces interactions est souhaitable afin de limiter les effets délétères sur les insectes bénéfiques, comme les pollinisateurs, et ouvrirait des portes sur de nouvelles options de gestion des nuisibles.

  • 1 Travail présenté au cours de la Journée scientifique apicole en juin dernier à Oniris.

  • 2 Elle est définie comme « le phénomène par lequel plusieurs facteurs agissant ensemble créent un effet plus grand que la somme des effets attendus lorsque les facteurs agissent seuls », Holmstrup et coll., 2010.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr