Pays de la Loire : un système éclectique de soins à formaliser - La Semaine Vétérinaire n° 1503 du 06/07/2012
La Semaine Vétérinaire n° 1503 du 06/07/2012

Dossier

Auteur(s) : FRÉDÉRIC THUAL

Fondée dans les années 80 à la demande de la ville de Nantes, désireuse de mettre en place un système de garde, l’association Véto 44 a été mise en sommeil en 2009. « Faute de combattants… », avoue Philippe Brunelat, vétérinaire à Rezé (Loire-Atlantique) et président de l’association qui rassemblait une quinzaine de structures. « Nous n’assurions ni l’accueil 24 heures sur 24 ni les urgences. Nous organisions simplement la rotation des gardes, qui a très bien fonctionné. » Jusqu’à la création du centre hospitalier vétérinaire Atlantia à Nantes, une unité de 1 500 m2 ouverte 24 heures sur 24, dotée d’un vaste plateau technique, d’un service d’urgences et de nombreux spécialistes pour répondre à la continuité et à la permanence des soins. D’autres, comme la clinique Vétocéane à Vertou (Loire-Atlantique), propose ce type de services. Enfin, Nantes bénéficie de la présence du Chuv mis en œuvre par Oniris. Celui-ci assure la continuité et la permanence des soins 11 mois sur 12. « Dès lors, seuls 2 ou 3 cabinets sont restés dans la structure Véto 44 et les gardes revenaient trop souvent. Alors aujourd’hui, je donne mon téléphone personnel ou je réfère aux structures Atlantia et Vétocéane, pour simplifier le travail », reconnaît Philippe Brunelat.

En zone rurale, « chaque cabinet fait comme il peut »

Si en zone urbaine la continuité et la permanence des soins sont assurées, la question se révèle plus délicate en zone rurale, confrontée à la désertification et où il est impossible de déplacer les animaux. À l’image de la Sarthe, de la Vendée et la Mayenne où rien n’existe, si ce n’est, comme dans la plupart des régions, la bonne volonté, la revendication du respect du Code de déontologie et les répondeurs téléphoniques. « Étant surtout des grosses structures, nous nous organisons entre associés, indique Frédéric Simon, vétérinaire mixte à Évron (Mayenne). Si c’est trop loin, nous n’y allons pas. Une intervention à 80 km est impensable. »

À défaut d’initiatives personnelles et confraternelles, la création de GIE1 (environ 15 en Pays de la Loire), nés pour mutualiser les achats et la formation, participe finalement au maillage de la continuité des soins, satisfaisant, pour le moins, les praticiens. « Pour l’instant, aucun texte de loi n’existe. Je n’ai pas d’attentes particulières. Chaque cabinet fait comme il peut », indique Jean-Pierre Lebreton, membre du GIE Loire Vilaine qui, en réunissant 3 cliniques (Nozay, Issé et Moisdon), a permis de réduire la rotation des gardes de 1 soir sur 2 à 1 sur 4.

La Sarthe ne dispose d’aucune structure ouverte 24 heures sur 24

À Beaucouzé (Maine-et-Loire), près d’Angers, un centre de référés créé en 2010 assure un service d’urgences et de garde accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Ce qui, comme à Nantes, a rendu obsolète l’association Véto-Anjou fondée par les vétérinaires angevins. Dans la Sarthe, en revanche, où aucune structure ouverte 24 heures sur 24 n’existe, la continuité repose sur l’entente cordiale du réseau de vétérinaires Savamans et d’un numéro de téléphone commun attribué au jour le jour à la personne concernée. Cette organisation pourrait évoluer autour d’un projet de création d’un service d’imagerie par résonance magnétique équin et canin. « En 2013, les cliniques devront passer des contrats avec l’Ordre pour officialiser la démarche de continuité des soins », indique Camille Favre, vétérinaire à Sablé-sur-Sarthe et membre du CRO. Car, sur 6 affaires traitées chaque année en chambre de discipline de l’Ordre régional, 2 concernent des problèmes de transmission téléphonique. « Pour l’instant, les projets de formalisation sont dans les cartons. Je suis favorable à une organisation générale et à une contractualisation. Car 2 litiges par an, c’est beaucoup !, affirme Étienne Leseing, président du CRO des Pays de la Loire. En rurale, si vous n’êtes pas là dans la demi-heure, vous prenez un coup de fourche, mais en ville, qui est responsable ? Celui qui n’a pas répondu au téléphone parce qu’il faisait la fête ou celui dont l’intervention s’est mal passée ? »

  • 1 Groupement d’intérêt économique.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr