La Fédération vétérinaire européenne réunie à Amsterdam - La Semaine Vétérinaire n° 1501 du 22/06/2012
La Semaine Vétérinaire n° 1501 du 22/06/2012

Assemblée générale de la FVE

Actu

À LA UNE

Auteur(s) : KARIN DE LANGE

L’assemblée générale de la Fédération vétérinaire européenne (FVE) s’est tenue à Amsterdam, les 8 et 9 juin derniers.

Nous vivons une période mouvementée pour la profession vétérinaire », a confirmé Ludo Hellebrekers, président de la Société royale néerlandaise vétérinaire (KNMvD) dans son allocution de bienvenue, avant de poursuivre sur une note plus optimiste. La KNMvD, qui célèbre ses 150 ans cette année, accueillait l’assemblée générale de la Fédération vétérinaire européenne (FVE).

Aux Pays-Bas, des développements récents ont renforcé le rôle du vétérinaire, a-t-il précisé, en faisant référence à la législation récente sur le médicament vétérinaire. Celle-ci exige la signature d’un accord de relation professionnelle entre l’éleveur et le vétérinaire traitant, un plan de traitement, un plan sanitaire d’élevage et des visites régulières, si l’éleveur veut obtenir une dérogation pour détenir et administrer des antibiotiques. De plus, le vétérinaire a l’obligation de déclarer aux autorités la présence de tout médicament dans “ses” élevages qui n’ont pas été prescrits par lui.

Une prise en compte accrue du bien-être animal

Parmi les autres évolutions récentes aux Pays-Bas, des conditions plus strictes sont proposées dans le cadre de l’abattage rituel, pour lequel la présence d’un vétérinaire est désormais nécessaire, afin d’euthanasier l’animal si celui-ci ne perd pas conscience dans les 40 secondes.

Le Pr Hellebrekers a également informé l’assemblée sur un système d’accompagnement pour les jeunes diplômés et un concours national sur le thème One Health. Mais quels que soient les sujets – l’antibiorésistance, les zoonoses, le rôle sociétal du vétérinaire – « ils doivent tous être défendus au niveau de l’Union européenne, et nous devons le faire ensemble ».

« Nous partageons le même point de vue, a souligné Christianne Bruschke, chef des services vétérinaires néerlandais, lors de son intervention. Même si les choses ont évolué depuis que je me suis adressée à votre assemblée, il y a 5 ans. Les sujets de bien-être animal ont plus d’importance que jamais – aux Pays-Bas, il y a même un parti politique “pour les animaux” qui compte 2 députés au Parlement – mais il existe aussi des préoccupations croissantes relatives à la santé animale et à sa relation avec la santé publique. »

En réponse aux interrogations sur les nouvelles mesures concernant le médicament vétérinaire aux Pays-Bas, elle a précisé que celles-ci prévoient la possibilité d’un « découplage de la prescription et de la vente de médicaments à titre individuel » comme sanction pour les praticiens « qui ne suivent pas les règles ». Et de préciser : « Nous devons être stricts en la matière, vu la densité des populations humaine et animale dans notre pays. »

Une enquête sur le comportement de prescription

Nancy De Briyne (directrice adjointe de la FVE) et Chris Donswijk (FVE) ont présenté les résultats d’une étude menée en ligne sur le comportement de prescription des vétérinaires. Cette enquête, une initiative conjointe des chefs des agences du médicament vétérinaire (HMA-V) et la FVE, a récolté 3 017 réponses issues de 25 pays.

Le risque potentiel d’antibiorésistance, les résultats d’un antibiogramme et l’expérience personnelle sont cités comme les éléments prépondérants dans le choix d’un antibiotique. Même si « la facilité d’emploi » est souvent mentionnée, en particulier par les répondants français et allemands, « la marge de bénéfices » et « la demande du propriétaire » sont considérées comme moins importantes. Cependant, lorsque les recommandations d’un usage raisonné ne sont pas suivies, « la demande du propriétaire » figure à la première place.

Concernant la réalisation d’un antibiogramme avant tout traitement, une nette différence apparaît entre les pays, même si tous les vétérinaires indiquent qu’ils le réaliseraient plus souvent si les résultats étaient plus rapidement disponibles et les tests moins chers. Les données montrent également que les praticiens utilisent souvent des fluoroquinolones et des macrolides en première intention dans le traitement de nombreuses affections.

Promouvoir un usage raisonné des antibiotiques

« Agirons-nous de façon responsable ou passerons-nous dans l’ère postantibiotique ? La menace est réelle », a rappelé Peter Jones (Royaume-Uni), président du groupe de travail sur le médicament de la FVE. Si la possibilité de vendre des médicaments nous est retirée, cela déniera complètement nos capacités en tant que vétérinaires. » Selon lui, s’il n’y a pas de doute sur la nécessité de contrôler l’usage des nouveaux antibiotiques et ceux d’importance critique pour la santé humaine, l’industrie du médicament vétérinaire doit aussi promouvoir un usage raisonné, de préférence « dans un environnement réglementaire prévisible ». Afin de montrer « l’engagement et le rôle de leader » de la FVE, le groupe de travail a présenté 2 dépliants à l’assemblée – l’un pour les praticiens, l’autre pour les décideurs – sur l’usage raisonné des antibiotiques. « La cascade est une possibilité offerte, il ne faut pas en abuser », a conclu Peter Jones.

Le consortium Callisto sur les zoonoses de l’animal de compagnie

Jan Vaarten, directeur de la FVE, a présenté Callisto, un consortium « multisectoriel, interprofessionnel et interdisciplinaire » sur les zoonoses de l’animal de compagnie. Ce projet est financé par l’Union européenne et coordonné par la FVE. Composé d’instituts de recherche, d’universités et d’organisations vétérinaires, le consortium examinera le rôle des animaux de compagnie en tant que sources de maladies infectieuses pour l’homme, ainsi que pour les espèces de rente.

Callisto, désormais en ligne (www.callistoproject.eu), est le premier projet de recherche internationale mené par la FVE. « Dans les 3 ans à venir, le but est d’identifier les lacunes en termes de connaissances et de technologie concernant les principales zoonoses liées aux animaux de compagnie », mais aussi de proposer des actions ciblées pour prévenir et réduire les risques sanitaires pour l’homme et l’animal.

La formation permanente vétérinaire surveillée

Le nouveau comité sur la formation permanente vétérinaire, VetCEE, a été présenté par Andrew Byrne (Irlande). Organisation à but non lucratif, le VetCEE mettra en place et surveillera les standards minimaux pour la formation permanente en Europe. « L’objectif est d’apporter de la transparence, d’assurer la qualité des enseignements et de promouvoir une équivalence entre les pays. L’accréditation VetCEE facilitera la reconnaissance mutuelle entre les programmes de formation permanente des différents États. » Cependant, il ne pourra pas délivrer des titres ou des diplômes – y compris celui d’acknowledged vet (vétérinaire reconnu) – puisque « cela relève des compétences des instances nationales ».

Parmi les autres points également débattus à Amsterdam figuraient l’enseignement vétérinaire dans le domaine du bien-être animal, l’inspection des viandes fondée sur le risque, la reconnaissance des qualifications professionnelles et le système d’évaluation de l’enseignement vétérinaire.

À Amsterdam en bref

→ L’ancien président de la FVE, Walter Winding, est désormais le cinquième et dernier membre honoraire de la fédération. Cette reconnaissance n’existe plus, mais est remplacée par 2 autres : la première récompense les éminents services rendus à la profession, la seconde est le prix FVE, remporté pour la première fois à Amsterdam par Gundega Micule (Lettonie).

→ La prochaine assemblée générale de la FVE se tiendra à Bruxelles les 16 et 17 novembre 2012, et ses sections (praticiens vétérinaires, vétérinaires d’État, vétérinaires hygiénistes et vétérinaires de l’industrie, de la recherche et de l’enseignement) se réuniront le 15 novembre. L’assemblée générale de 2013 aura lieu à Maribor (Slovénie) les 7 et 8 juin prochains.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr