L’hémorragie pulmonaire induite à l’effort touche la moitié des chevaux après une course - La Semaine Vétérinaire n° 1208 du 07/01/2006
La Semaine Vétérinaire n° 1208 du 07/01/2006

Pathologie respiratoire

Formation continue

ÉQUIDÉS

Auteur(s) : Marine Neveux

Une étude australienne montre que le trouble est corrélé aux performances sportives des animaux.

L’hémorragie pulmonaire induite à l’effort est un dysfonctionnement redouté par les propriétaires et les entraîneurs. « La prévalence de ces hémorragies dépend de la définition donnée à ce trouble et des moyens d’investigation », a déclaré notre confrère Michael Davis en préambule de son intervention lors du IXe congrès de médecine et de chirurgie équines de Genève, le 15 décembre dernier. « Si l’examen est uniquement visuel, il s’agit de ce qui est visible au niveau des naseaux », poursuit-il. La première difficulté de l’hémorragie pulmonaire induite à l’effort est en effet sa détection.

Plusieurs études tentent de démontrer les effets délétères de cette hémorragie. Certains travaux établissent des corrélations, d’autres n’aboutissent à aucune conclusion. L’équipe du professeur Hinchcliff (Ohio State University Columbus, Etats-Unis) s’est intéressée à plusieurs questions : l’hémorragie pulmonaire induite à l’effort a-t-elle un impact sur la performance ? Quels sont les facteurs de risque ? A-t-elle une incidence sur la carrière du cheval ? Faut-il traiter ou non ? Pour y répondre, des travaux ont été réalisés en Australie chez des chevaux d’âge et de sexe différents, suivis sur quatre pistes d’entraînement distinctes et pendant des courses de longueurs variées. 850 endoscopies ont été réalisées chez 747 pur-sang. Un enregistrement vidéo de l’examen endoscopique a été effectué et analysé par trois examinateurs qui ont calculé les grades de l’hémorragie pulmonaire induite à l’effort.

Les chevaux de grade 2 ou plus ont quatre fois moins de chances de gagner la course

L’étude révèle que la moitié des chevaux pré sentent une hémorragie pulmonaire induite à l’effort. Pour 17 %, elle est de grade 2, pour 5 % de grade 3 et pour 2 % de grade 4. Ni l’âge ni la distance parcourue n’ont d’impact sur la prévalence de l’hémorragie. En revanche, plusieurs facteurs significatifs sont mis en évidence : le fait que le cheval perde la course, le laps de temps entre la fin de l’effort et l’examen (plus il est long, plus l’éventualité de détecter une hémorragie pulmonaire induite à l’effort est élevée).

En outre, les chevaux de grade 2 ou plus ont quatre fois moins de chances de gagner la course et deux fois moins de finir parmi les trois premiers. « L’étude montre ainsi qu’il existe un rapport entre la performance et le grade d’hémorragie », souligne Michael Davis. Un cheval de score 4 termine en moyenne avec sept mètres de retard sur le gagnant.

Concernant le rapport avec les résultats obtenus par lavage broncho-alvéolaire, notre confrère estime qu’il est bon « avec les chevaux de grade 2 et plus ». Selon lui, il serait facile de réaliser un lavage broncho-alvéolaire chez les chevaux de grade 1, dans une région qui ne saigne pas, mais cela ne permettrait pas de déceler le même genre d’anomalies.

Les causes de l’hémorragie pulmonaire sont difficiles à cerner

L’hémorragie pulmonaire induite à l’effort est une affection qui soulève encore de nombreuses interrogations et dont l’étiologie est complexe. Plusieurs causes sont avancées : hypertension pulmonaire, déficit de la coagulation, atteinte des petites voies aériennes, obstruction des voies respiratoires supérieures, facteurs hémorhéologiques, traumatisme de l’onde de choc quand le sabot frappe sur le sol (des études s’intéressent à l’heure actuelle à des pistes de duretés différentes). Selon Michael Davis, il existe un rapport entre la pression artérielle pulmonaire, la pression pariétale alvéolaire, et le nombre d’érythrocytes retrouvés comme marqueurs de l’affection au niveau du lavage broncho-alvéolaire.

L’administration de furosémide, outre les problèmes qu’elle engendre en termes de dopage, soulève des controverses. « Le furosémide semble tout simplement avoir un effet de déshydratation qui atténue la pression », estime Michael Davis. Le professeur Hinchcliff émet une autre hypothèse, selon laquelle un cheval qui a reçu du furosémide pèse moins lourd au départ et court donc mieux. Michael Davis rappelle néanmoins que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) n’agissent pas sur la pression des artères pulmonaires. De même, « l’oxyde nitrique, qui permet de dilater les vaisseaux pulmonaires, n’a pourtant aucun effet sur la pression pulmonaire à l’effort ».

Enfin, la théorie d’une inflammation bronchique susceptible de provoquer une hémorragie pulmonaire induite à l’effort est intéressante, mais non démontrée.

Le repos peut être l’une des indications du traitement. Il est possible que l’inflammation interstitielle, le remodelage cellulaire et la revascularisation aggravent l’hémorragie quand le cheval reprend l’entraînement.

  • Voir aussi : « Toux et pathologie respiratoire », Pratique vétérinaire équine, numéro spécial, 2004.

CONFÉRENCIER

Michael Davis, directeur de l’Equine Athletic Performance Laboratory, College of Veterinary Medicine, Oklahoma State University (Etats-Unis).

Article réalisé d’après la conférence « is exercise-induced pulmonary hemorrhage associated with poor performance in race horses ? », présentée lors du IXe congrès de médecine et de chirurgie équines de Genève (Suisse), le 15 décembre 2005.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

L’ouvrage ECG du chien et du chat - Diagnostic des arythmies s’engage à fournir à l’étudiant débutant ou au spécialiste en cardiologie une approche pratique du diagnostic électrocardiographique, ainsi que des connaissances approfondies, afin de leur permettre un réel apprentissage dans ce domaine qui a intrigué les praticiens pendant plus d’un siècle. L’association des différentes expériences des auteurs donne de la consistance à l’abord de l’interprétation des tracés ECG effectués chez le chien et le chat.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à nos Newsletters

Recevez tous les jours nos actualités, comme plus de 170 000 acteurs du monde vétérinaire.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr