Un chien golden retriever, femelle stérilisée de 10 ans présente depuis 15 jours :

- un abattement marqué,
- des régurgitations,
- des vomissements


1. Historique


L'animal est suivi depuis un an pour vomissements. Une gastrite pylorique a été diagnostiquée 4 mois auparavant. Le traitement alors mis en place (antiacide et antispasmodique gastrique) n'a apporté aucune amélioration.


L'examen clinique montre :
- une hyperthermie modérée (39,3°C),
- des râles et des crépitements à l'auscultation respiratoire,
- une polypnée
Le reste de l'examen clinique est normal. Une atteinte de l'appareil respiratoire profond ainsi qu'une atteinte digestive haute (oesophagienne ou gastrique) sont suspectées.
Des radiographies thoraciques de profil (Radiographie N° 1) et de face (Radiographie N° 2) sont réalisées.


2. Description radiographique et interprétation







Radiographies N°1 et N°2


Les structures extra-thoraciques sont normales.
Les structures thoraciques présentent plusieurs anomalies :
- Un déplacement ventral de la trachée et du coeur visible sur la vue de profil entraînant une augmentation du contact coeur/sternèbres,
- Une dilatation aérique de l'oesophage visible sur toute sa portion thoracique (vues de face et de profil) provoquant un élargissement du médiastin,
- Une perte de visualisation d'une partie du bord cranial du coeur sur la vue de profil et de l'ensemble de ses contours sur la vue de face,
- Une opacification pulmonaire de type alvéolaire localisée aux lobes pulmonaires gauches et notamment de manière plus marquée au niveau du lobe pulmonaire cranial gauche.

Ces observations sont en faveur d'un mégaoesophage associé à une bronchopneumonie localisée aux lobes pulmonaires gauches.


Radiographies N°3 et N°4


Un traitement antibiotique à base de quinolones est mis en place. Au bout de 15 jours de traitement, un contrôle radiographique est effectué.
Les images de mégaoesophage n'ont pas évolué, une « bande oesophago-trachéale » est particulièrement bien visible. En revanche, les signes de bronchopneumonie ont totalement disparu.

3. Commentaires


Le mégaoesophage correspond à une dilatation de l'oesophage sur toute sa longueur, moins fréquemment de manière localisée.

Les causes de mégaoesophage généralisé sont multiples:
- Mégaoesophage congénital
- Myasthenia gravis
- Myélopathie
- Maladie d'Addison
- Tumeur, granulome, abcès ou corps étranger entraînant une compression de la portion distale de l'oesophage (et une dilatation en amont).


Les signes radiographiques de mégaoesophage sont de reconnaissance aisée :
- Dilatation aérique, alimentaire ou mixte de l'oesophage entraînant un élargissement du médiastin,
- Visualisation d'une « bande oesophago-trachéale » sur une radiographie thoracique de profil correspondant à la paroi dorsale de la trachée et à la paroi ventrale de l'oesophage soulignées par l'air présent dans la lumière de ces deux organes,
- La dilatation oesophagienne provoque un déplacement de la trachée ventralement et à droite et éventuellement un déplacement ventral du coeur
- Visualisation du bord ventral des muscles longs du cou, habituellement non visibles.

Il est important de noter que certaines substances anesthésiques sont susceptibles de provoquer une dilatation de l'oesophage, l'examen radiographique doit donc impérativement être effectué sur un animal vigile.


La découverte d'une dilatation localisée de l'oesophage doit faire rechercher une cause de sténose oesophagienne, il peut s'agir :
- d'une persistance de canal artériel
- d'un corps étranger oesophagien
- d'une tumeur oesophagienne
- d'une striction cicatricielle oesophagienne
- de toute affection intrathoracique entraînant une compression de l'oesophage (tumeur pulmonaire ou médiastinale par exemple)
- d'un jabot ou d'un diverticule oesophagien

La radiographie thoracique sans préparation est souvent suffisante pour poser le diagnostic de mégaoesophage. Cependant, un transit oesophagien est parfois nécessaire en cas de signes radiographiques douteux ou pour rechercher la cause de mégaoesophage. La réalisation de cet examen n'est pas sans risque sur un animal atteint de mégaoesophage, un soin particulier doit être pris pour éviter les fausses déglutitions (en faisant avaler notamment la baryte en tenant la tête de l'animal en hauteur).

Une endoscopie peut également être intéressante pour rechercher la cause de l'affection.


Une bronchopneumonie par fausse déglutition est fréquemment associée au mégaoesophage.

Cette affection se reconnaît à la radiographie par l'identification de bronchogrammes signant l'existence d'une opacification pulmonaire de type alvéolaire, le plus souvent localisée aux portions ventrales des lobes pulmonaires et généralement de manière asymétrique.
Un bronchogramme correspond à la visualisation d'un trajet bronchique aérique entouré par des alvéoles remplies de liquide, de pus, de cellules ou de tout autre élément entraînant une opacité liquidienne.


Si l'état de l'animal le permet, un lavage broncho-alvéolaire est conseillé afin de réaliser un antibiogramme.


Dans le cas présenté, le mégaoesophage a été attribué à une striction cicatricielle oesophagienne distale secondaire à une oesophagite, elle-même due aux vomissements chroniques de l'animal. En revanche, la cause primitive de la gastrite n'a pas été mise en évidence.
En raison du mauvais état général de l'animal, le lavage broncho-alvéolaire n'a pas été réalisé. Une antibiothérapie à spectre large a donc été mise en place, traitant avec succès la bronchopneumonie.
Des mesures d'hygiène ont été conseillées pour éviter de nouvelles fausses déglutitions (gamelles en hauteur, fractionner les repas).

Dr Vre Renaud JOSSIER, assistant hospitalier,
Service d'Imagerie Médicale, ENVN

Remerciements :
M. Fusellier, maître de conférences, Service Imagerie CHUV ENVN
A-S Guillory, interne AC, CHUV ENVN
S. Madec, D. Rouleau, C. Raphaël, Manipulateurs, Service Imagerie CHUV ENVN

Sur le mégaoesophage, vous pouvez lire aussi :

- SOYER C. Mégaoesophage réversible associé à une hypothyroïdie. Point Vét 2009, 293, pages 61-65.
- BARTOLO A. Le syndrome myasthénique chez le chien. Point Vét 2006, 267, pages 20-26.



Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Cet ouvrage a été conçu après avoir collecté, auprès d’étudiants vétérinaires et de jeunes diplômés, les 100 questions les plus importantes pour eux, pour débuter sereinement la pratique. Des experts de chaque thématique ont été ensuite contactés pour y répondre précisément. Ainsi, vous trouverez, par exemple, dans ce livre, les réponses aux questions suivantes : quelle est la prise en charge d’un animal qui vomit ? Quels sont les motifs de consultation les plus fréquents chez le lapin et les rongeurs ? Comment reconnaître une urgence ? Comment et dans quels cas administrer des glucocorticoïdes ? Comment bien négocier son salaire ? etc.Ce trésor d’expériences rassemblées ici par des vétérinaires chevronnés vous armera pour entrer en toute confiance dans la vie professionnelle.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter

Recevez toute l’information vétérinaire directement sur votre boite mail.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK