Les vacances, avec ou sans son chat ?

Valérie Delteil-Prévotat | 15.06.2017 à 12:47:49 |
Un chat allongé sur une plage
© Tianika – iStock

À l’approche de la période estivale, de nombreux conseils sont susceptibles de contribuer à limiter le stress et l’inconfort du chat pendant les vacances de son propriétaire.

La période des grandes vacances approche. Mais que conseiller aux propriétaires de chat : l’emmener ou le laisser ? Que doivent-ils prévoir aux niveaux médical et administratif ? Comment limiter le stress pendant le voyage, mais aussi durant le séjour ?

Le laisser à la maison : la solution idéale
Le chat est un animal territorial et la grande majorité des félins sont plutôt perturbés par un changement soudain de leur lieu de vie. Notre anthropomorphisme nous fait penser qu’ils seraient contents de partir avec nous. Mais ce ne sont pas des enfants, et leur permettre de demeurer au domicile, même pendant les vacances, obtiendrait la majorité des suffrages félins si ceux-ci pouvaient choisir.
Si le chat reste à la maison, il est nécessaire de ne pas fermer les volets pour qu’il puisse bénéficier de la lumière du jour et de maintenir l’accès aux pièces habituelles. Il convient de lui rajouter une deuxième gamelle d’eau, au cas où il renverse la première, une deuxième litière pour plus de confort et, sauf problème médical particulier, de lui laisser suffisamment de croquettes à disposition pour qu’il n’en manque jamais. C’est aussi le moment de lui procurer de nouveaux jouets à expérimenter, qui pourront être renouvelés au fur et à mesure du temps et, pourquoi pas, une radio ou une télévision allumée pour briser sa routine. Il est évidemment indispensable de trouver une personne de confiance, connaissant les chats, qui pourra venir une fois par jour changer, nettoyer et remplir ses gamelles et litières, jouer avec lui et vérifier qu’il va bien. Elle devra avoir à sa disposition le carnet de santé de l’animal et les coordonnées du vétérinaire qui le suit habituellement. Si le chat a un traitement médical, il convient de faire un test avant le départ pour s’assurer que le gardien pressenti est bien capable de le lui administrer. Cette personne peut se recruter parmi la famille, les amis, les voisins ou, bien sûr, par le biais de sites internet spécifiques qui proposent de mettre en contact les propriétaires avec des particuliers, qui se font rémunérer pour cette prestation, ou selon un échange de service pendant leurs vacances à eux, ou encore des retraités qui viennent s’installer pour garder la maison et les animaux.
Cette solution convient très bien à la majorité des chats, à part ceux qui sont hyperattachés à leurs propriétaires et qui développent alors des signes d’anxiété (malpropreté, miaulement, dysorexie, alopécie de léchage, etc.) dès qu’ils en sont séparés, même le temps d’un week-end. Ces chats-là seront, de préférence, emmenés en vacances.

Retrouvez l’intégralité de ce dossier en pages 8 à 12 du supplément ASV n° 110.

Valérie Delteil-Prévotat
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK