Vote du projet de loi issu des États généraux de l'alimentation

Clothilde Barde | 19.09.2018 à 15:23:43 |
ministre agriculture
© Clothilde Barde

Après la présentation en janvier dernier du projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation (EGA), son vote était attendu. C’est chose faite avec l’adoption par les députés en deuxième lecture le 15 septembre dernier.

Un travail de longue haleine
« C’est dans un contexte de rentrée agricole chargée par de nombreux RDV terrain auxquels je participe : les Terres de Jim, le Salon international des productions animales (SPACE de Rennes), la foire de Châlons mais aussi le prochain Sommet de l’élevage, que la fin de l’examen du projet de loi a eu lieu, et ce, avant les négociations commerciales qui doivent avoir lieu début novembre » a annoncé Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, en conférence de presse le 18 septembre dernier. Depuis l’annonce du projet de loi «Pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et de l’alimentation saine et durable» le 31 janvier dernier, les discussions se sont poursuivies. Une fois les plans de filières élaborés, le gouvernement a surveillé leur mise en œuvre et «aujourd’hui, presque un an après, l’essentiel du texte est calé» a-t-il ajouté. Et c’est en effet samedi dernier vers 5h15 du matin que les travaux de seconde lecture à l’Assemblée Nationale se sont enfin achevés par le vote des 45 députés présents. 
Des inquiétudes sur le revenu agricole 
Cependant, de nombreuses inquiétudes, quant aux mesures concernant le revenu agricole, ont déjà été exprimées ces derniers jours au sein de la profession et des députés. Ainsi, les syndicats agricoles, dont la Confédération paysanne, s’inquiètent du « revirement des députés sur la question des indicateurs de prix ». « Donner aux filières la capacité de s’organiser sans avoir d’arbitres, c’est se moquer du monde. Il faut des indicateurs publics » a renchérit le député Dominique Potier (PS). En vain. Comme l’a indiqué Stéphane Travert en conférence de presse le 18 septembre dernier, le gouvernement maintient sa position: "ce sera aux interprofessions d’établir ces indicateurs". A cette occasion et pour clore le débat, il a tenté de répondre aux interrogations concernant la future rémunération des agriculteurs et il a détaillé le calendrier à venir.
Retrouvez la suite de l’article dans le prochain numéro (SV 1777 du 27/09/18).

 

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK