Vers une révision du statut des grands prédateurs en Europe ?  - Le Point Vétérinaire.fr

Vers une révision du statut des grands prédateurs en Europe ? 

Clothilde Barde

| 28.03.2022 à 13:30:00 |
© Michel VIARD

Dans un communiqué commun du 17 mars 2022, les organisations professionnelles et coopératives agricoles de l’Union européenne (UE) ont interpellé la Commission européenne sur la gestion des espèces de grands carnivores inscrites comme strictement protégées au sein de l'UE.

"L’augmentation de certaines populations de grands carnivores et les dégâts qu’elles provoquent nécessitent une révision juridique de leur statut de protection" selon le Copa-Cogeca. En effet, la directive 92/43/CEE du Conseil, du 21 mai 1992,  relative  à  la  conservation  des  habitats  naturels  ainsi  que  de  la  faune  et  de  la  flore sauvages a permis de protéger  une  grande variété  d’habitats et d’espèces  au  sein  de  l’Union  européenne  au  cours  des  trente  dernières années. Or, même si l'objectif primordial de cette directive (article 2) est d'« assurer le maintien ou le rétablissement, dans un état de conservation favorable, des habitats naturels et des espèces de faune et de flore sauvages d'intérêt communautaire », tout en veillant à ce que les États membres « tiennent compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales », selon les organisations agricoles, le « document d’orientation concernant la protection stricte des espèces animales d’intérêt communautaire couvertes par la directive Habitats publié récemment par la Commission européenne ne fournit pas suffisamment de conseils et de précisions concernant la
gestion des espèces strictement protégées compte tenu de la forte augmentation des populations de grands carnivores et des problèmes croissants de coexistence
».

Une évolution de la réglementation

Ainsi, le communiqué déplore le fait que certaines espèces de grands carnivores de l’UE ne nécessitent plus une protection stricte au titre de l’annexe IV de la directive Habitats, car elles ne sont plus considérées comme en danger ou vulnérables mais figurent toujours comme des « espèces strictement protégées ». En ce qui concerne le bétail, ils indiquent que l’augmentation du nombre de grands carnivores suscite également une hausse de la peur et des attaques du bétail avec un investissement (temps, argent et efforts) non négligeable pour la mise en place de mesures de prévention, qui font généralement "plus de mal que de bien à la protection et au rajeunissement de nos habitats riches en biodiversité". C'est pourquoi, il est demandé aux politiques dans ce communiqué de mettre en place une procédure pour mettre à jour les annexes de la directive Habitats afin d’adapter le statut de protection des espèce, en soulignant le fait que "toutes les espèces reprises à l’Annexe V sont tout de même protégées".

La flexibilité est essentielle

Selon le Copa-Cogeca, les États membres doivent donc veiller à ce que leur prélèvement dans la nature et leur exploitation soit compatible avec "le maintien de ces espèces dans un état de conservation favorable". En outre, l'obligation de suivi inscrite dans la directive Habitats impose aux États membres la mise en place d’un système de surveillance permanent et structuré, selon le communiqué. Il convient donc de noter que "bien que le cadre juridique général pour la gestion et le conservation des populations de grands carnivores soit fixé au niveau européen, les décisions de mise en oeuvre devraient être définies et appliquées aux niveaux régional et local, sur la base d'une gestion active, afin de renforcer le sentiment d'autonomie, de réduire les conflits avec les personnes qui vivent dans la même zone que les grands carnivores et de garantir une coexistence réussie". Enfin, il est nécessaire selon eux  pour promouvoir une coexistence réussie de faire preuve de flexibilités pour gérer les conflits régionaux avec les grands carnivores.

Clothilde Barde

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application