Vers une évolution de l’inspection sanitaire des viandes

30.11.2011 à 06:00:00 |
©

 « L’inspection en abattoir n’est pas une fin en soi », a déclaré Pascale Gilli-Dunoyer (Direction générale de l’alimentation), lors d’une conférence* organisée par Animal société aliment (ASA), le 24 novembre 2011 à l’ENV d’Alfort.

« Si l’inspection macroscopique en abattoir reste un moyen privilégié en matière de santé animale et publique, les fondamentaux des actes d’inspection doivent évoluer. » Les dangers (bactériens, viraux, chimiques, etc.) ne sont plus nécessairement visibles sur les carcasses, mais en rapport direct avec l’historique de l’animal et de l’élevage, et également de l’hygiène de fonctionnement de l’abattoir. Aussi, les données centralisées, issues de tous les acteurs concernés (éleveurs, vétérinaires sanitaires, services vétérinaires, exploitants d’abattoirs), permettront d’adapter l’inspection aux risques suspectés. Une volonté d’élargir la responsabilité des acteurs Pascale Gilli-Dunoyer a précisé qu’en France, dans le cadre des travaux sur la modernisation de l’inspection, ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK