Vers un nouveau modèle de rémunération du vétérinaire sanitaire ? - Le Point Vétérinaire.fr

Vers un nouveau modèle de rémunération du vétérinaire sanitaire ?

Tanit Halfon

| 27.10.2022 à 14:18:00 |
© iStock-123ducu

 Dans un courrier adressé au ministre de l’agriculture, les instances professionnelles, en association avec les chambres d’agriculture et la FNSEA, ont demandé l’engagement de travaux pour faire évoluer le modèle de rémunération du vétérinaire sanitaire.

Quels modèles économiques envisager à l’avenir pour le vétérinaire sanitaire ? Dans un courrier adressé au ministre de l’agriculture, Marc Fesneau, l’Ordre national des vétérinaires, le syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, la Société nationale des groupements techniques vétérinaires, ainsi que les Chambres d’agriculture et la FNSEA, ont défendu une certaine trajectoire à prendre, afin de maintenir le maillage vétérinaire, et donc le bon état sanitaire des troupeaux.  

« L’amélioration de l’état sanitaire des troupeaux induit de facto une diminution fondée techniquement et légitime des actes liés à l’habilitation sanitaire. Aussi, le modèle de rémunération des vétérinaires basé sur les actes réalisés dans le cadre de l’habilitation sanitaire nécessite une évolution pour en tenir compte », ont souligné les signataires du courrier. Dans ce cadre, ils demandent que :

« - Les capacités d’intervention du réseau des vétérinaires sanitaires sur tout le territoire national soient préservées et pérennisées sur le long terme : c’est la disponibilité de vétérinaires compétents et en nombre suffisant pour répondre aux enjeux de santé publique qui est en jeu ; 

- Le modèle économique de l’activité des vétérinaires habilités s’adapte aux missions assurées et aux objectifs assignés, tout en conservant l’originalité du modèle français du vétérinaire sanitaire basé sur un partenariat public-privé ;

- La relation État-vétérinaire sanitaire-éleveur soit contractualisée pour ce qui concerne les prophylaxies « historiques » mais également les futurs PSICs reconnus ou étendus, et les maladies réglementées qui peuvent concerner toutes les espèces (Aujeszky et chiens de chasse, etc…) ;

- Un travail soit engagé pour créer un modèle de rémunération du vétérinaire sanitaire décorrélé de l’acte, sous couvert d’un modèle financier partagé par les éleveurs, les vétérinaires et l’État, qui reste à définir selon les espèces animales. »

Le courrier est accessible via ce lien.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application