Une salle d'autopsie BSL3 à VetAgro Sup - Le Point Vétérinaire.fr

Une salle d'autopsie BSL3 à VetAgro Sup

Source : VetAgro Sup

| 02.12.2022 à 11:55:00 |
© VetAgro Sup

VetAgro Sup a inauguré le 1er décembre 2022 une nouvelle salle d’autopsie BSL3 (Biosafety Level 3) sur son campus vétérinaire. Cet équipement va permettre d'accueillir des projets d’expertise, de recherche et de formation exigeant l'autopsie complète ou des prélèvements à réaliser sur des animaux susceptibles d'être infectés par des agents pathogènes du groupe 3.

L'inauguration de la nouvelle salle d'autopsie de VetAgro Sup a eu lieu en présence d’Emmanuelle Soubeyran, directrice générale adjointe de l’alimentation, Gabriele Fioni, recteur délégué pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation et Bruno Ferreira, directeur régional de l’agriculture, l’alimentation et la forêt. 

Cet équipement est destiné à accueillir des projets d’expertise, de recherche et de formation exigeant l'autopsie complète ou des prélèvements à réaliser sur des animaux susceptibles d'être infectés par des agents pathogènes du groupe 3, c’est-à-dire des agents biologiques pouvant provoquer une maladie grave chez l'humain et constituer un danger sérieux pour les travailleurs. Des bactéries communes, comme l'agent de la tularémie, de la tuberculose bovine, de la brucellose ou encore le virus de l’influenza aviaire entrent par exemple dans cette catégorie.

Au-delà du domaine d’intervention du pôle Expertise Vétérinaire et Agronomique Animaux Sauvages (EVAAS), ce nouvel équipement de pointe va être mis à la disposition de tous les projets ayant besoin de ce niveau de biosécurité, quelle que soit l'espèce, y compris des animaux domestiques pour lesquels une suspicion de maladie due à un agent pathogène de type 3 est présente.

Équipements et fonctionnement

La salle d’autopsie BSL3 peut accueillir des animaux de taille petite à moyenne (jusqu'à 50 kg environ) et a notamment été conçue pour des animaux sauvages. Compte-tenu des interactions entre animaux domestiques et sauvages et des risques de transmissions zoonotiques, il est en effet nécessaire d’améliorer la connaissance des agents pathogènes présents dans la faune sauvage. La surveillance des zoonoses issues de la faune sauvage fait ainsi partie des actions programmées dans le cadre du 4ème Plan National Santé Environnement, la salle pourra contribuer à cet objectif.
D’une dimension de 24m², la salle remplit les conditions requises concernant les mesures de confinement à mettre en oeuvre dans les salles d’autopsies où les travailleurs sont exposés à des agents pathogènes du groupe 3. Elle abrite un équipement complet de manière à éviter l’entrée et la sortie de matériel (appareil photo, microscope…). La salle est équipée d’un sas à double entrée avec des portes asservies pour l'entrée des personnels et d’un sas à double entrée avec chambre froide pour l'entrée des carcasses, permettant le stockage des corps arrivant en dehors des périodes de fonctionnement.
La salle sera gérée en interne directement par le pôle EVAAS. Selon les modalités de convention, le pôle pourra apporter son expertise technique et scientifique aux projets utilisant la salle ou bien celle-ci pourra être utilisée par des partenaires en autonomie, en suivant des protocoles prédéfinis de biosécurité.

Conception et financements

Conçue à l'initiative du pôle EVAAS, la construction de la salle a été financée par VetAgro Sup. Son équipement est financé par la Direction Générale de l'Alimentation du ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire dans le cadre de la convention de financement 2017-2022 du pôle EVAAS ainsi que par le consortium des laboratoires de recherche lyonnais en infectiologie dans le cadre du projet InfectioTron.
La salle a été conçue avec de nombreux partenaires techniques susceptibles de l'utiliser tels que les laboratoires vétérinaires départementaux de la région, l'Anses de Nancy ou encore l'Office Français de la Biodiversité et le réseau SAGIR avec qui des projets sont déjà initiés.

Source : VetAgro Sup

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application