Une loi pour la sentience animale en Grande-Bretagne

Anne-Claire Gagnon | 19.05.2021 à 16:46:00 |
© ventdusud-iStock

Le Royaume-Uni, une fois de plus, donne aux animaux la place qu’ils méritent, en reconnaissant officiellement leur sentience. Et c’est Sa Majesté la Reine Elizabeth II qui l’a solennellement annoncé le 11 mai à la Chambre des Lords.

L’Animal Sentience Bill est entré en vigueur depuis le 13 mai, après avoir été retardé depuis 2017 par Teresa May au moment des négociations du Brexit, car considéré comme non prioritaire. La profession vétérinaire britannique n’a cessé de se mobiliser sur cette question, puisque la sentience animale fait partie du traité de Lisbonne depuis 2009, même si tous les États membres n’ont pas traduit dans leurs lois ni reconnu les animaux comme des êtres sentients. La British Veterinary Association a défini la sentience comme étant « la capacité à ressentir des émotions, comme la douleur, le plaisir, et impliquant un niveau de conscience de soi ».

George Eustice, le secrétaire de l’Environnement, a confirmé que la sentience s’applique à tous les animaux vertébrés autres qu’Homo sapiens. Pour toutes les lois concernant les animaux, le Comité de sentience animale qui est créé, en application de l’Animal Sentience Act, émet des commentaires pour qu’elles ne portent pas préjudice au bien-être des animaux sentients. Ce texte s’applique à l’Angleterre, au Pays de Galles, à l’Écosse et à l’Irlande du Nord.

Le professeur Donald Broom, auteur entre autres de l’ouvrage Sentience and Animal Welfare précise qu’« actuellement, tous les animaux vertébrés, y compris les humains, ainsi que les céphalopodes et les crustacés décapodes, sont considérés comme sentients par les scientifiques, à condition que leur cerveau ait atteint un certain stade de développement et qu'il ne soit pas endommagé par une blessure ou une pathologie ». Il ajoute que « le gouvernement britannique a également déclaré qu'un comité sur la sentience animale serait mis en place, mais nous devons obtenir plus de détails sur ces projets afin d'évaluer leur impact ».

Vers une interdiction des exportations d’animaux vivants pour la consommation ?

En matière d’exportation des animaux vivants pour être abattus dans un pays tiers, la promulgation de l’Animal Sentience Act devrait permettre au secrétaire de l’Environnement, George Eustice, de tenir parole en interdisant l’exportation pour l’engraissement et l’abattage des animaux britanniques, d’ici à la fin de l’année.

Enfin, la Reine Elizabeth II a également ratifié l’Animal Welfare (Sentencing) Bill qui étend désormais à 5 ans les condamnations pour actes de cruauté animale. Des actes forts qui souhaitent, comme en 1876 avec le Cruelty to animals act et en 2006 avec l’Animal Welfare Act, « veiller à ce que le Royaume-Uni applique et promeuve les normes les plus élevées en matière de bien-être animal ».

Anne-Claire Gagnon
3 commentaires
avatar
Coronator le 19-05-2021 à 22:18:20
"Sentience animale" : on doit pouvoir traduire sans créer un de ces anglicismes qui infectent notre belle langue française. "Sensibilité" ?
avatar
Valentine Chamard, Vétérinaire le 20-05-2021 à 18:13:38
Bonjour,
le terme "sentience" a fait son entrée dans l'édition 2020 du Larousse.
avatar
JPK le 20-05-2021 à 19:49:35
Le mot "sentience" ne signifie pas que sensibilité mais également conscience.
Il s'agit même d'un terme français.
Son entrée au Larousse repose sur une action des ONG de protection anumale et de personnalités sous la coordination du Dr vét Anne-Claire Gagnon. Merci à elle.
Jean-Pierre Kieffer
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK