Une formation en pathologie légale vétérinaire à VetAgro Sup - Le Point Vétérinaire.fr

Une formation en pathologie légale vétérinaire à VetAgro Sup

Marine Neveux

| 21.06.2024 à 12:03:00 |
© jmpaget/iStockphoto

VetAgro Sup vient de lancer une nouvelle formation en pathologie légale vétérinaire. La première édition s’achève cette semaine du 17 au 21 juin 2024.

Les objectifs de la formation sont multiples : rédiger un rapport médico-légal vétérinaire, effectuer les prélèvements adaptés, les conditionner et les envoyer de façon appropriée, identifier les cas de maltraitance animale, reconnaitre les principales lésions d’intérêt médico-légal, et pour chacune, proposer une cause et un mécanisme de la lésion et, le cas échéant, de la mort de l’animal.

Cette formation est destinée aux vétérinaires et étudiants en A5. Sara Belluco, enseignante en anatomie pathologique est la responsable pédagogique, assistée d’Antonin Torterau, enseignant aussi à VetAgro Sup.

Cours magistraux, échanges, travaux dirigés et travaux pratiques sont au programme, avec des intervenants de qualité et aux profils variés pour aborder les différentes facettes de la discipline : Maître Olivia Symniacos (Animalex-Avocats), Dr. Vét. A. Tortereau, VetAgro Sup, Dr. Vét. C. Brassard, VetAgro Sup, Dr. Vét. D. Remy, VetAgro Sup, Dr. Vét. D. Pulido Vega, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, Dr. Vét. D. Autier-Derian, Animal Welfare Consulting, Dr. Vét. Buronfosse, VetAgro Sup, Dr. Vét. F. Chocteau, Université de Nantes, Dr. Vét. I. Raymond-Letron, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, Dr. K. LaPlace, IML Montpellier, Dr. Vét. L. Dorso, Oniris, Dr. Vét. M. Le Dudal, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, Dr. Vét. P. Berny, VetAgro Sup, Dr. Vét. S. Belluco, VetAgro Sup.

« Les éléments diagnostiques des violences et maltraitances subies par les animaux sont publiés en 2001, avec la description des lésions, suivis par d’autres travaux de Phil Arkow et Frank Ascione aux États-Unis, notamment qui ont souligné et documenté le lien entre toutes les violences domestiques au sein d’un même foyer. Le diagnostic des cas quotidiens par les praticiens comme des situations exceptionnelles lors de crimes, par les spécialistes, exige une formation rigoureuse. En Europe, seule l’université vétérinaire d’Utrecht a un centre d’expertise en médecine légale vétérinaire. Aux États-Unis, c’est l’université de Floride qui dispense en ligne une formation de grande qualité. La mise en place par VetAgro Sup de la formation en médecine légale vétérinaire devrait permettre à la France de combler son retard, au moment où les législateurs appellent à renforcer la lutte contre les maltraitances » expliquait Anne-Claire Gagnon, présidente de L’Amah dans le dossier de La Semaine Vétérinaire n°1890 daté du 12 mars 2021.

Un grand pas a ainsi été franchi alors que les violences domestiques montrent qu’il n’y a pas de frontières entre les médecines légales.

En outre, comme cela se pratique en humaine, la médecine médico-légale vétérinaire mérite de répondre à un cadre strict pour l’examen des animaux. Une équipe de vétérinaires américains, dans la revue Forensic Science International : Reports avait déjà tenté d’apporter un cadre fin 2020, synthétisant les normes minimales et les bonnes pratiques à appliquer lors de l’examen d’un animal potentiellement maltraité.

En France, Denis Remy, Professeure d'éthique et de chirurgie à VetAgro Sup, a été la première enseignante à encadrer des travaux de thèse de médecine légale

Aux Pays-Bas, Monique Verkerk, praticienne dans une clinique vétérinaire à Bergen, s’était déjà engagée dans cette voie (lire La Semaine Vétérinaire du 10 février 2017). « Après avoir constaté dans les médias de nombreux cas de maltraitance envers les animaux, mais pour lesquels peu d’investigations étaient réalisées, Monique Verkerk a souhaité se spécialiser en médecine légale vétérinaire. La lecture, dans un journal local, d’une interview d’un médecin pathologiste judiciaire reconnu, le Dr Frank van de Goot, qui s’exprimait sur l’absence d’expertises médico-légales pour les animaux (due notamment aux coûts trop élevés), a conforté notre consœur dans cette voie. Après s’être rencontrés, les deux spécialistes ont décidé, en 2012, de fonder l’association Forensisch Dieronderzoek et de mettre leur savoir-faire d’experts au service de la justice ».

Cette formation apporte donc beaucoup, et notamment dans le contexte de lutter contre Une Seule Violence.

Marine Neveux

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application