Un second chat détecté porteur du SARS-CoV-2 en France - Le Point Vétérinaire.fr

Un second chat détecté porteur du SARS-CoV-2 en France

Valentine Chamard | 12.05.2020 à 14:39:40 |
chat covid19
© Anna Gorbacheva - iStock

Un nouveau chat infecté par le virus SARS-CoV-2 a été identifié à Bordeaux par l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse.

Des prélèvements ont été réalisés à l’ENVT* chez un chat bordelais atteint de troubles respiratoires, examiné à plusieurs reprises par un vétérinaire praticien. Le fait que la toux persistait malgré un traitement anti-infectieux et anti-inflammatoire et que l’animal vit avec des personnes fortement suspectes d’avoir contracté le Covid-19, ont motivé la recherche du virus SARS-CoV-2. "Celle-ci s’est avérée positive à partir d’un prélèvement naso-pharyngé par un premier test qRT-PCR ciblant le gène E du SARS-CoV-2, puis confirmé par un deuxième test PCR ciblant le gène RdRp (cibles IP2 et IP4) du virus. Les écouvillons rectaux de cet animal ont été testés négatifs. D’autres analyses sont en cours pour caractériser le virus", précise l'équipe de l'ENVT. Il s’agit du second cas rapporté en France d’infection naturelle d’un chat, après un premier cas identifié près de Paris le 2 mai.

Une enquête sérologique multicentrique en cours

Par ailleurs, une enquête sérologique multicentrique est en construction pour mieux évaluer, a posteriori, la circulation du virus chez les chats. En effet, bien que ces animaux paraissent être réceptifs et sensibles au SARS-CoV-2, le nombre de cas naturels signalés à ce jour dans le monde est extrêmement faible. « Les chats ne sont pas considérés comme des acteurs de la pandémie humaine. L’infection du chat a toujours été décrite dans le sillage et comme la conséquence de l’infection humaine. En particulier, rien ne permet de suspecter que le chat représente un risque de contamination pour l’Homme », rappelle l’équipe de l’ENVT.

*L’unité mixte de recherche IHAP (UMR INRAe-ENVT) et le Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire des Animaux de Compagnie (Chuvac) de l’ENVT étudient les cas suspects de Covid-19 chez les carnivores domestiques, notamment les chats et les furets. Cette recherche est menée au sein d’un projet collaboratif avec l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort et en lien avec VetAgroSup et s’appuie sur Le réseau de vétérinaires praticiens référents du Chuvac.

Valentine Chamard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application