Un regard posé et critique sur l’accord de libre-échange entre le Canada et l’UE

Marine Neveux | 25.09.2017 à 10:26:29 |
commission d’évaluation du Ceta
© D.R.

Le Premier ministre Édouard Philippe avait demandé à la commission d’évaluation du Ceta « d’apporter un éclairage objectif, scientifique et quantitatif » quant à son « impact sur l’environnement, le climat et la santé ». Le rapport a été remis.

Le Ceta ou Comprehensive Economic and Trade Agreement, accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (UE), suscite des débats et des craintes, que ce soit en matière de concurrence dans les secteurs agricoles ou de risque par rapport à l’appauvrissement des normes sanitaires ou environnementales. Les dents grincent du côté des organisations agricoles, non gouvernementales (ONG), etc. Des modèles d’élevage, alimentaires et sanitaires différents Force est de constater la différence de conception et d’approche en matière de santé publique entre le Canada et l’UE, cette dernière privilégiant, par exemple, le principe de précaution quant à l’alimentation et à la santé ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK