Un partenariat pour mieux lutter contre les bactéries  - Le Point Vétérinaire.fr

Un partenariat pour mieux lutter contre les bactéries 

Clothilde Barde

| 31.01.2022 à 12:00:00 |
© MediaProduction

Pour lutter contre la présence des bactéries Listeria et Salmonella dans les ateliers de transformation des aliments, l’Unité mixte technologique (UMT) Actia Fastypers vient d’être créée par le ministère de l’Agriculture.

Développer des outils utilisables en routine par les producteurs et les industriels de l’agro-alimentaire pour identifier les souches de bactéries présentes aux différentes étapes de production des aliments, depuis les élevages jusqu’aux produits finis, tel est l'un des objectifs des travaux qui vont être menés les cinq années à venir par l’UMT Actia Fastypers. En effet, Salmonella et Listeria sont deux bactéries d’origine animales, responsables de maladies chez l’être humain et transmises par les aliments. Elles peuvent persister pendant plusieurs mois dans les environnements naturels et agricoles, ainsi que dans les ateliers de transformation des aliments. De plus, certaines souches peuvent être résistantes aux traitements par des produits de désinfection biocides. C'est pourquoi, des travaux seront menés en partenariat entre les équipes de recherche (Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (Anses) et l'Institut National de la recherche agronomique et de l'environnement (Inrae)) et les instituts techniques agro-industriels (Actalia - filière laitière et l'Institut du porc (IFIP)) afin de comprendre par quels mécanismes ces bactéries arrivent à s’adapter et à persister dans l’environnement extérieur. Ces travaux seront menés conjointement dans la filière porc et la filière lait.

Caractérisation des souches bactériennes 

L'unité Salmonella de l’Anses, impliquée dans l’UMT, apportera son expertise dans la caractérisation génomique des souches, afin d’identifier le génotype associé aux caractéristiques étudiées (résistance aux métaux lourds, persistance dans l’environnement, virulence, etc.) et l'unité Listeria, du laboratoire de sécurité des aliments et l’unité Antibiotiques, biocides, résidus et résistance, du laboratoire de Fougères, étudiera l’adaptation et la résistance des bactéries aux produits biocides de nettoyage utilisés. Ces travaux seront en lien avec le Réseau mixte technologique Chlean, consacré à l’hygiène des équipements de l’industrie agro-alimentaire, dans lequel sont déjà impliqués les deux laboratoires. Ces analyses ont pour finalité d’adapter le processus de nettoyage et de désinfection aux caractéristiques des souches bactériennes susceptibles d’être retrouvées dans les environnements agro-industriels, par exemple en utilisant les produits désinfectants les plus efficaces contre les bactéries présentes dans ces usines.

Clothilde Barde

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application