Un nouveau guide pour l’élaboration de protocoles de surveillance sanitaire de la faune sauvage

Clothilde Barde | 24.04.2018 à 15:15:35 |
cerf
© DamianKuzdak - iStock

Dans un objectif de rationalisation des actions de surveillance de la faune sauvage, un nouveau guide pour l’élaboration de protocoles de surveillance sanitaire vient d’être publié sur la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA).

En 2013, constatant un nombre grandissant d’enquêtes ciblant différentes espèces sauvages et maladies, le groupe de suivi de la faune sauvage de l’ESA avait décidé de réaliser un état des lieux de la situation sanitaire de la faune sauvage à l’aide d’un inventaire des actions de surveillance réalisées dans la faune sauvage depuis 2000. Ce dernier avait mis en évidence qu’un travail concernant l’animation des réseaux d’acteurs était nécessaire pour que les dangers surveillés ainsi que les méthodologies mises en œuvre soient davantage raisonnés et rationalisés.
Dans cette perspective, un nouveau Guide d’accompagnement à l’élaboration de protocoles de surveillance sanitaire de la faune sauvage, modifié à partir de celui de 2013, présentant les lignes directrices pour guider les acteurs locaux dans la conception de protocoles d’actions face aux dangers sanitaires, vient d’être publié. Il vise à accompagner l’élaboration de protocoles de surveillance de la faune sauvage en listant les questions à se poser et en détaillant les étapes à respecter pour proposer une démarche générique, afin que les résultats soient exploitables et utiles. Il est illustré d’exemples ainsi que d’observations issues de l’Inventaire des actions de surveillance sanitaire de la faune sauvage entre 2000 et 2013. Ainsi, après avoir identifié le contexte et les éléments qui justifient l’action de surveillance, le ou les objectifs à atteindre sont précisés (alerte, description d’une situation, évaluation d’une action sanitaire). Le choix des modalités de surveillance dépend ensuite des objectifs identifiés. Enfin, la formation des acteurs peut permettre d’améliorer l’efficacité du dispositif, et ce d’autant plus si elle a vocation à être reconduite. Dans un cas de reconduction, des indicateurs permettant de suivre son fonctionnement peuvent être définis et des audits peuvent éventuellement être réalisés afin d’évaluer le dispositif et d’identifier les points forts et les pistes d’amélioration.

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK