Un futur dystopique pour l’élevage ?

Tanit Halfon | 11.05.2018 à 11:26:55 |
Un futur dystopique pour l’élevage ?
© RichVintage - iStock

Dans le cadre du projet Accept, un travail de prospection a été mené, avec pour objectif d’évaluer l’impact des controverses d’ici 2040 sur l’élevage français. À la clé : cinq scénarios possibles, caractérisés par différents types de citoyens.

Mangerons-nous des produits d’origine animale demain ? C’est la question sous-jacente à laquelle entendait répondre le travail prospectif mené dans le cadre du projet Accept. Entre 2014 et 2017, ce projet de recherche financé par le Compte d’affectation spéciale développement agricole et rural (Casdar) avait pour objectif d’analyser les controverses qui secouent le monde de l’élevage, à l’échelle locale et globale, en France et dans d’autres pays européens. L’idée étant de pouvoir proposer aux acteurs du secteur les clés pour mieux comprendre la problématique de l’acceptabilité sociétale de l’élevage, et les outils pour pouvoir dialoguer avec les citoyens et/ou les consommateurs. L’exercice de prospection s’est, quant à lui, penché sur les futurs possibles de l’élevage français. « Comment les controverses pourraient-elles évoluer d’ici 2040 en France ? Y aurait-il des ruptures possibles par rapport aux tendances lourdes actuelles, comme la hausse de la consommation de la viande dans les pays émergents ? Quels sont les profils de citoyens qui pourraient progresser ? Et comment ces évolutions vont-elles transformer l’élevage ? Ce sont autant de questions auxquelles nous voulions répondre par cet exercice de prospective », a ainsi expliqué Anne-Charlotte Dockes, responsable du département Métiers d’éleveur et société à l’Institut de l’élevage (Idele), lors de la journée de restitution des conclusions du projet, le jeudi 5 avril. La réponse : cinq scénarios imaginant le futur de l’élevage français, et mettant en avant différents profils de citoyens.

Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK