Un cas de myocardiopathie restrictive décrit chez un serpent

Valentine Chamard | 08.03.2017 à 09:18:00 |
serpent atteint de myocardiopathie restrictive
© Lionel Schilliger, Valérie Chetboul

L’investigation de troubles posturaux associés à un œdème gulaire et une dilatation de la cavité cœlomique en regard du cœur ont conduit à la première description d’une telle cardiopathie chez un serpent.

Nos confrères Lionel Schilliger, praticien à Paris, Valérie Chetboul, Cécile Damoiseaux, praticiennes à l’unité de cardiologie du Chuva de Maisons-Alfort et Alexandra Nicolier, anatomopathologiste au laboratoire Vet Diagnostics de Lyon, ont décrit et publié le premier cas de myocardiopathie restrictive observé chez un reptile. Quels éléments vous ont conduit à suspecter cette affection ? Lionel Schilliger : Essentiellement une cardiomégalie associée à un œdème gulaire chez un python tapis côtier (Morelia spilota macdowelli) âgé de 2 ans nous ayant été présenté à la consultation pour une anorexie et une faiblesse généralisée évoluant depuis environ 6 semaines. Il présentait également des troubles posturaux. L’auscultation cardiaque a ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Valentine Chamard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application