Un cas d’importation illégale d’un chaton agite la Belgique

Tanit Halfon | 25.05.2020 à 15:52:14 |
chaton
© iStock-LisaValder

L’animal a été adopté par une étudiante belge dans un bar à chats à Cuzco. Les autorités sanitaires belges demandent son euthanasie, « étant donné l’historique incertain du chat, le fait que le Pérou soit un pays à haut risque pour la rage, et que, pour ce chat, aucune preuve formelle d’une protection contre la rage n’a pu être présentée. »

Depuis quelques semaines, en Belgique, un chaton est au centre des toutes les attentions. Rapatrié illégalement début avril du Pérou, dans le contexte de crise Covid-19, par une jeune étudiante belge, Séléna Ali, en stage à Cuzco, il fait l’objet quelques semaines plus tard, d’une demande d’euthanasie par l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Ce qu’a contesté catégoriquement sa propriétaire qui, depuis, cache l’animal, et a reçu le soutien de milliers de citoyens, de l’association de protection animale Gaia, et de Ben Weyts, le ministre flamand en charge du bien-être animal. Un rapatriement dans l’urgence La décision d’euthanasie ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK