TriRx Pharmaceutical Services pressentie pour reprendre MSD Santé Animale à Segré

Frédéric Thual | 01.07.2020 à 11:38:45 |
MSD Santé animale
© Google Street View

Deux ans après avoir fermé son centre de R&D à Beaucouzé (49), MSD Santé animale s’apprête à céder son usine de production de médicaments vétérinaires de Segré-en Anjou-Bleu à TriRx Pharmaceutical Services, LLC, une jeune pousse américaine au profil considéré comme « prometteur ».

Signe de l’imminence de la décision, un an après avoir annoncé, en juin 2019, son intention de trouver un repreneur pour assurer la continuité de son usine de production de médicaments vétérinaires de Segré-en Anjou-Bleu où opèrent 92 salariés en CDI, le groupe pharmaceutique MSD Santé Animale vient de régler ses dettes. Le conseil municipal de la commune a acté le 11 juin dernier le remboursement de 587.290 € pour des terrains cédés, en 2010, à Schering Plough Santé Animale, absorbée depuis MSD Santé Animale (groupe Mercks & Co), dans le cadre d’un projet d’extension et de construction d’une base logistique. Bâtis mais libres de construction, ces terrains, acquis pas la commune pour 670.000 € avaient été vendus pour 52.710 €, au prix d’un terrain à construire. « Avec un droit de préférence, qui permettait à la commune de récupérer les terrains en cas d’abandon du projet et de la cession de l’entreprise », souligne Gilles Grimaud, ex-maire de Segré-en Anjou-Bleu, et actuel Président de la Communauté de communes Anjou-Bleu-Communauté. « Tout est rentré dans l’ordre et l’emploi devrait être préservé », observe Emmanuel Drouin, ex-élu d’opposition qui s’était inquiété de ne rien voir sortir de terre. 

En effet, le 14 juin dernier, la direction du site informait les partenaires sociaux qu’un processus de cession était en cours. « Les médicaments vétérinaires produits à Segré, ayant tous perdu leurs brevets, sont aujourd’hui fortement concurrencés par les génériques et le site peine à conserver des volumes de production à hauteur de sa capacité. Dans ce contexte, la recherche d’un acquéreur à même d’accroître les volumes de production apparaît comme la solution la plus appropriée pour assurer la pérennité du site et des emplois. C’est pourquoi MSD a engagé une démarche d’identification d’un repreneur », justifie Delphine Gancel, directrice du site angevin, dont le dernier bilan publié, après plusieurs exercices déficitaires, faisait état d’un chiffre d’affaires de 25,8 millions d’euros et un résultat net de -3,07%. Créé il y a quarante ans, le site était monté dans les années 2010 jusqu’à 40 millions€ avec un résultat net dépassant le million d’euro.

Sur la voie de l’externalisation  

Fin mai, MSD Santé Animale affirmait, dans un communiqué,  être entrée en négociation exclusive pour la cession de son site de production avec la société américaine TriRx Pharmaceutical Services, LLC. Qui sont-ils ? « Ils ont la capacité d’amener de la production, la volonté de préserver l’ensemble des emplois et de créer des productions supplémentaires », ajoute la service communication aux avant-postes d’une direction qui n’a pas souhaité répondre à nos questions.  Société américaine de développement et de fabrication de produits biopharmaceutiques (CDMO), apparemment créé l’an dernier par des cadres de l’industrie pharmaceutique, TriRx Pharmaceutical Services est spécialisée dans les produits innovants solides, liquides et semi solides. Elle emploierait deux-cents personnes pour un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars. « Basée à Norwalk, Connecticut, à environ une centaine de kilomètres de New-York, nous exploitons des installations offrant des capacités de laboratoire, de fabrication, d'emballage et d'entreposage de pointe », peut-on lire dans sa présentation sur le Web. Dans une récente interview au media américain Pharma’s Almanac, l’entreprise explique qu’après avoir noué des partenariats stratégiques (Marken, Icagen, Sap…), elle était engagée sur cinq nouvelles acquisitions pour satisfaire au besoin d’externalisation de ses clients, condition nécessaire à la croissance de l’industrie pharmaceutique. Et, « Contrairement à beaucoup d'autres, nous vous tenons informés et tenons nos promesses! », assurent les dirigeants de TriRx Pharmaceutical Services. On ne demande qu’à les croire. L’opération segréenne devrait se concrétiser au troisième trimestre 2020.

Frédéric Thual
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK