« Smartcow », un nouveau réseau européen de recherche sur les bovins

Clothilde Barde | 21.02.2018 à 15:41:43 |
reseau europeen
© imaginima - iStock

L’Inra a été déclarée lauréat de l’appel à projet (INFRA-IA) d’une unité européenne de recherche sur les bovins rassemblant en réseau un ensemble d’infrastructures grâce à son projet intitulé « Smartcow » lancé officiellement du 19 au 21 février 2018.

Afin d’améliorer les capacité de recherche et d’innovation du secteur bovin à l’échelle de l’Europe, les instances européennes ont cherché, dans le cadre du programme pour la recherche et l’innovation, le projet qui leur semblait le plus adapté pour constituer un réseau de recherche commun. En effet, la filière bovine doit actuellement faire face à de grands défis tels que l’utilisation plus efficiente de la biomasse, la compétitivité et durabilité des systèmes d’élevage et elle doit répondre à des attentes sociétales fortes concernant la garantie de production d’animaux sains. Pour y parvenir, le projet de plateforme «Smartcow», lancée par l’INRA du 19 au 21 février 2018, a été retenu.
 Un réseau d’acteurs majeurs de la recherche en Europe
Au-delà de la mise en relation de diverses unités de recherche européennes permettant d’harmoniser la gestion des données, ce projet poursuit deux grands objectifs. Il s’agit tout d’abord de mener des travaux de recherche pour améliorer les méthodes de mesure sur les animaux et l’éthique en expérimentation animale mais aussi, dans un second temps, de faciliter l’accès à ces infrastructures pour les chercheurs européens du monde académique et professionnel. Cette ouverture doit permettre de renforcer les collaborations entre organismes de recherche européens mais aussi le partenariat public-privé et de permettre à des pays qui n’en bénéficieraient pas d’avoir un accès aux meilleures infrastructures européennes.

Une recherche de pointe sur les bovins
L’infrastructure « Smartcow » (dirigée par l’UMR Herbivores de l’Inra Auvergne-Rhône-Alpes) rassemblera une dizaine d’acteurs majeurs de la recherche en Europe sur des territoires d’élevage variés allant des zones d’élevage herbagères aux territoires de production plus intensifs. Les activités de recherche porteront plus particulièrement sur la nutrition, la physiologie et le comportement animal. Elles mettront l’accent sur les rejets de gaz à effet de serre ainsi que la recherche de biomarqueurs (sang, lait, fèces) afin d'étudier les possibilités de développement des potentiel de l’animal.

 

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK