Situation des salariés devant assurer la garde d’enfant

Jean-Pierre Kieffer | 30.03.2020 à 10:27:38 |
Garde d'enfant
© FamVeld-Istock

La pandémie actuelle a un fort impact pour les cliniques vétérinaires comme pour toutes les structures accueillant du public. L’employeur se trouve confronté à prendre des décisions vis-à-vis de ces salariés.

Le recours au télétravail est difficilement compatible avec l’exercice en clientèle vétérinaire. L’employeur est confronté aux solutions de maintien de l’activité, de réduction, voire de fermeture de la structure. La solution de l’activité partielle (chômage partiel) permet d’assurer une rémunération des salariés en cas de fermeture partielle ou totale. Le salarié peut éventuellement demander à bénéficier d’un arrêt de travail pour garde d’enfant. Arrêt de travail simplifié pour garde d’enfant Dans le cadre des mesures visant à limiter la diffusion du coronavirus Covid-19, la fermeture de l’ensemble des structures d’accueil de jeunes enfants et des établissements scolaires a été décidée. Devant cette ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Jean-Pierre Kieffer
3 commentaires
avatar
Monostatos le 30-03-2020 à 20:30:02
Il serait surtout utile que les employeurs vétérinaires libéraux puissent bénéficier de mesures de soutien correctement dimensionnées. Parce que pour l'heure...
avatar
Guillaume Collignon, Vétérinaire le 04-04-2020 à 17:49:07
La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
avatar
JPK le 05-04-2020 à 19:10:34
Les professionnels libéraux qui doivent suspendre leur activité pour garder leur(s) enfant(s) pourront bénéficier des mesures mises en place dans le cadre de l’épidémie de covid-19. Ce dispositif était initialement réservé aux salariés, aux travailleurs indépendants et aux professions libérales uniquement relevant du domaine médical et paramédical.


Seuls les professionnels libéraux de santé pouvaient bénéficier des indemnités journalières. L'UNAPL et ses membres (dont le SNVEL) se sont mobilisés afin que tous les professionnels libéraux qui se trouvent dans l'impossibilité de poursuivre leur activité bénéficient des indemnités journalières.

Dans une lettre datée du 1er avril, le ministre de la Santé demande aux directeurs et agents comptables des caisses d'assurance maladie de servir des indemnités journalières forfaitaires aux assurés relevant des professions libérales dans deux situations :

• Les assurés qui doivent garder à domicile leur enfant de moins de 16 ans ou leur enfant handicapé du fait de la fermeture de sa structure d’accueil

• Les assurés définis comme personnes vulnérables vis-à-vis du covid-19 par le Haut Conseil de la santé publique du 14 mars 2020


Indemnités journalières

Cette mesure est applicable pour les arrêts de travail à compter du 12 mars soit pour toute la durée de la fermeture de l'établissement d'accueil de l'enfant, soit pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire. Ces indemnités sont servies sans examen des conditions d’ouverture de droit préalable et sans application d’un délai de carence.
Le versement de ces indemnités s'applique au premier jour de l'arrêt de l'activité.

Le montant de l'indemnité journalière est égal à 1/730 du revenu d'activité annuel moyen des trois années civiles précédant la date de la constatation médicale de l'incapacité de travail, dans la limite du plafond annuel de la sécurité sociale.
Les demandes doivent être effectuées auprès des caisses primaires d’assurance maladie.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK