Sexage in-ovo : une technologie encore juvénile

Tanit Halfon | 08.08.2019 à 14:02:00 |
oeufs
© iStock-123ducu

Une start-up allemande Seleggt a récemment annoncé la mise sur le marché de sa technologie de sexage in-ovo. Si l’avancée semble prometteuse, sa généralisation n’est pas encore d’actualité.

L’Allemagne sera-t-elle le premier pays à arrêter le broyage de ses quelques 45 millions de poussins mâles1 chaque année ? La question se pose au vue d’une récente annonce sur le sexage in-ovo. Ainsi, en novembre 2018, la ministre allemande de l’agriculture, Julia Klöckner, au côté de la start-up Seleggt2, annonçait l’aboutissement de plusieurs années de recherche, permettant de commercialiser dans 223 lieux de vente berlinois des oeufs issus de poules sélectionnés via une technologie de sexage. Et de prévoir également de vendre 1 million de poussins en 2019 essentiellement en Allemagne. Une bonne avancée ? Oui, mais qui est encore loin ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK