Sauver des chats en les stérilisant à 4 mois

Charlotte Devaux | 11.01.2018 à 10:45:57 |
chatte avec ses chatons
© Marie-Pierre François

Les bénéfices de la stérilisation juvénile sur le contrôle de la surpopulation féline et sur la prévention des euthanasies pour indésirabilité est bien établi. Cette pratique est déjà recommandée depuis de nombreuses années dans certains pays.

Et si l'habitude de la stérilisation à 6 mois faisait le lit de la surpopulation féline ? Une étude de l'université de Bristol (Bristol Cat Study) a montré que bien que 99 % des chats soient stérilisés au cours de leur vie, pratiquement 20 % des chattes ont une portée avant la stérilisation, dont 75 % sont non souhaitées. En effet, en dehors du cadre de l'élevage, la reproduction des carnivores domestiques n'est souvent pas désirée par leur propriétaire. Les animaux se retrouvent alors errants ou sont envoyés en refuge. Entre juin et septembre, la surabondance des chatons par rapport aux possibilités d'adoption remplit les fourrières, les chatons qui ne se retrouvent pas dans des refuges-fourrières (associations pratiquant le « no-kill », LaSPA, etc.) ou n’ont pas de place de sortie en refuge seront euthanasiés. Les programmes de stérilisation à grande échelle permettent à la fois de diminuer le nombre d'admission au sein des refuges mais aussi le nombre d'euthanasie. Sachant que pour la gestion des populations errantes, il est plus efficace de stériliser les chats de moins d'un an que les adultes et que, même en refuge, l'adoption a de plus grandes chances de réussir si l'animal est déjà stérilisé. 

Une pratique banale dans de nombreux pays

Dans l'espèce féline, la puberté survient le plus souvent entre 5 et 8 mois. Cependant, des gestations peuvent avoir lieu chez certaines chattes à partir de 4 mois. C'est pourquoi le CatGroup* recommande depuis 2006 la stérilisation féline à partir de 4 mois. En effet, les études à court et long termes ne montrent aucun avantage physique ou comportemental à stériliser à 6 mois, en revanche les bénéfices de la stérilisation juvénile sur le contrôle de la surpopulation féline et sur la prévention des euthanasies pour indésirabilité est bien établi. Aux Etats-Unis, la stérilisation juvénile est pratiquée depuis plus de 25 ans avec un recul de millions de chats stérilisés. Au Royaume-Uni, cette pratique est recommandée depuis 11 ans. En Belgique pour enrayer la surpopulation féline, la stérilisation de tout chat de compagnie non destiné à l'élevage est obligatoire entre 8 semaines et 6 mois. Même en France la stérilisation juvénile est pratiquée depuis plus de 20 ans par certains praticiens et dans certains refuges. Toutes les données existantes étant en faveur d'une généralisation de cette pratique dans une optique de bien-être animal, une table-ronde vétérinaire a été organisée sur le sujet par notre consœur Anne Claire Gagnon sous le parrainage du Conseil National de la Protection Animale et avec le soutien de SantéVet et Vétoquinol les 18 et 19 octobre dernier à Paris. Le but était de répondre aux interrogations techniques des vétérinaires mais aussi des éleveurs et des propriétaires et de fournir tous les éléments pratiques pour une réalisation quotidienne de stérilisation juvénile des chats.

Pour plus de détails, voir La Semaine Vétérinaire n° 1746 du 5/01/2018, pages 24 et 25

* qui regroupe la British Small Animal Veterinary Association (BSAVA), l’International Society of Feline Medicine (IFSM) et toutes les associations de protection animale dont Cats Protection et la SPA britannique

Charlotte Devaux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK