Royaume-Uni : une vague de vols de chiens depuis la pandémie de Covid-19 - Le Point Vétérinaire.fr

Royaume-Uni : une vague de vols de chiens depuis la pandémie de Covid-19

Bénédicte Iturria | 11.02.2021 à 13:04:26 |
vol de chiens
© Manuel-F-O - iStock

Effet collatéral inattendu de la pandémie : le vol de chiens au Royaume-Uni pour assouvir la demande de futurs propriétaires désireux d’acquérir un animal dans le contexte de confinement.

Adopter un chiot pour rendre l’isolement durant le confinement plus supportable, tel est le souhait de beaucoup de britanniques depuis le début de la pandémie de COVID-19. Les demandes d’adoption d’animaux ont ainsi explosées dans tout le Royaume-Uni. L’offre étant inférieure à la demande (manque de chiens dans les refuges et éleveurs consciencieux ne voulant pas produire de chiots plus rapidement), ce désir immédiat d’un compagnon à quatre pattes a pour conséquence une recrudescence des vols de chiens dans le pays.

Une explosion des prix…et des vols

« Avec plus de personnes travaillant à domicile, la demande de chiots a augmenté, tout comme le coût d'achat d'un chiot qui est passé d'environ 500 à plus de 2 000 livres. Pour le crime organisé, c'est devenu un marché lucratif à exploiter », déclare le surintendant-détective Neil Austin du National Police Chiefs' Council à Sky News. Selon Wayne May de l'organisation Dog Lost qui aide les propriétaires à retrouver leurs animaux perdus ou volés, la situation de 2020 est inédite. Il a ainsi rapporté à la BBC : « je fais cela depuis maintenant 30 ans et c'est la pire année que j'aie jamais connue ». Il a constaté une hausse d'environ 250% des vols de chiens depuis le début de la crise du COVID-19. « Avant la pandémie, ce que nous voyions, c’était du vol d’opportunité, un très petit pourcentage était constitué de gangs criminels ou de vols spécifiquement ciblés. Cependant, tout a changé l’année dernière » rajoute Wayne May qui collabore avec la police britannique. Les voleurs de chiens kidnappent ces animaux dans le but de les revendre mais aussi de les faire se reproduire. Même constat de Lynne Cullen, administratrice de Missing Dogs Ireland, une page Facebook avec plus de 15 000 membres, pour qui les disparitions de chiens sont à un niveau jamais vu auparavant. Elle tirait déjà la sonnette d’alarme en juillet dernier : « les dernières semaines, c’est devenu incontrôlable. C'est en fait comme une pandémie de chiens disparus et volés. Chaque heure de la journée, le chien de quelqu'un est parti, disparu ou volé pour ne plus jamais être retrouvé ».

Des conseils de prudence pour les propriétaires

Les associations de protection animale exhortent les propriétaires à surveiller attentivement leurs chiens après cette vague de disparitions et de vols présumés dans tout le pays. La Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) qualifie les chiffres de « vraiment inquiétants ». Son porte-parole a ainsi recommandé à tous les maitres de prendre des précautions supplémentaires pour protéger leurs animaux de compagnie en les stérilisant, les identifiant par puce électronique et en s'assurant qu'ils portent un collier avec leurs coordonnées. La police du Leicestershire conseille de prendre des précautions supplémentaires comme ne pas laisser leurs animaux seuls à l'extérieur lorsque cela est possible et de s'assurer que les jardins des propriétaires sont sûrs.

Un « marché » lucratif pour de faibles sanctions

Pour Wayne May, seul un durcissement des sanctions pourrait décourager les voleurs. « Il est actuellement plus lucratif d’être voleur de chiens que dealer de drogue au Royaume-Uni. Si on vous attrape en train de voler un chien, vous risquez une amende dérisoire entre 200 et 250 livres. Et les gangs criminels sont prêts à courir le risque pour un montant si ridicule »,  explique-t-il. Une campagne se déroule actuellement au Royaume-Uni pour modifier la loi qui considère les animaux volés comme des biens et obtenir des peines plus sévères. Le comportementaliste canin Stan Rawlinson a ainsi lancé une pétition pour exiger un changement juridique : « les chiens sont des êtres sensibles, pas des objets inanimés. C'est pourquoi je demande que le vol d'animaux de compagnie soit une infraction pénale spécifique ». Cette pétition  a recueilli  presque 500 000 signatures.

D’autres cas dans le monde

Le Canada aussi fait face à une recrudescence des vols de chiens, capturés par exemple dans les jardins ou lors de leur promenade par des voleurs en motoneige. La police de Toronto a même signalé en octobre deux vols de chiots à main armée. Autre phénomène, l’adoption d’animaux de compagnie est désormais la cible préférée des escrocs sur internet, selon les agences fédérales canadiennes de lutte contre la fraude. Les fraudeurs prennent généralement pour prétexte les restrictions sanitaires pour exiger de leurs victimes qu’elles paient à l’avance  un animal potentiel qu’elles ne peuvent même pas rencontrer. Les agences fédérales ont reçu près de 500 plaintes pour des chiens depuis le début de l’année.

 

Bénédicte Iturria
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application