Rentabilité d’une structure vétérinaire : comment gagner mieux

Lorenza Richard | 07.09.2017 à 10:53:26 |
Portrait de Patrick Cavanna, expert-comptable
© D. R.

Quels indicateurs prendre en compte pour avoir une vision globale de la rentabilité de son activité vétérinaire ? Le point avec Patrick Cavanna, expert-comptable.

« Il existe une différence entre la rentabilité perçue par le vétérinaire et la rentabilité réelle de son activité, notamment par rapport à son temps de travail », a déclaré Patrick Cavanna, expert-comptable à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) et membre Resovet, lors des dernières journées nationales des groupements techniques vétérinaires (GTV). Cette vision alternative de la rentabilité prend en compte l’équilibre financier global de l’activité et la position personnelle du praticien. 

La rentabilité n’est pas le revenu
« Le bénéfice ne donne pas une vision complète de la rentabilité », précise Patrick Cavanna. Classiquement, la rentabilité est le rapport entre le revenu et les ressources mises en œuvre pour l’obtenir. Sa première brique est la marge brute, c’est-à-dire le ratio entre le chiffre d’affaires et les achats. Ce ratio est brut ou net (remises intégrées ou non). Le rapport entre les remises et les achats bruts peut être suivi, mais avec discernement, car le comptable ne voit pas les remises commerciales (unités gratuites), ce qui peut fausser son calcul.

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 50 de La Semaine Vétérinaire n° 1730.

Lorenza Richard
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK