Réactions indésirables aux vaccins : l’avis de l’American Animal Hospital Association

Alexis Lecoindre | 23.11.2017 à 14:13:39 |
Un chien se faisant vacciner
© IvonneW- iStock

La vaccination, de façon générale, est source de controverses et de polémiques. Un conseil d’experts, réuni par l’American Animal Hospital Association, répond aux principales questions relatives aux réactions indésirables aux vaccins.

Est-il approprié de réduire le volume d’une dose individuelle de vaccin parentéral lors de la vaccination des chiens de petite race ? 
Le volume recommandé par le fabricant représente généralement la dose immunisante minimale. Par conséquent, le volume total d’une dose de vaccin doit toujours être administré. La réduction arbitraire du volume d’un vaccin peut entraîner une réponse immunitaire moins protectrice. De plus, rien n’indique que l’abaissement de la dose ou du volume d’un vaccin préviendra un événement indésirable. L’administration d’un volume de dose réduit d’un vaccin antirabique est “non indiquée sur l’étiquette” et peut ne pas être reconnue d’un point de vue légal.

Quelles sont les conséquences de l’administration d’un vaccin oral ou intranasal contre Bordetella bronchiseptica par la voie sous-cutanée ou intramusculaire ? 
Les vaccins contre B. bronchiseptica formulés pour un usage intranasal ou oral contiennent des bactéries Gram - vivantes et avirulentes, capables de se répliquer après administration. Pour cette raison, ils doivent être administrés par la voie pour laquelle le produit est homologué. Le vaccin contre B. bronchiseptica formulé pour une injection parentérale est inactivé, et donc incapable de se répliquer après l’administration. De rares signalements de cellulite et d’abcès au point d’injection, à la suite de l’administration d’un vaccin intranasal contre B. bronchiseptica par voie sous-cutanée, sont rapportés. Des décès associés à la réplication bactérienne, à la bactériémie, à la libération de protéines hépatotoxiques et à la nécrose hépatique ont été signalés. Les chiens vaccinés par inadvertance avec un vaccin oral ou intranasal de B. bronchiseptica administré par voie parentérale peuvent bénéficier d’un traitement de 5 jours minimum avec un antibiotique approprié (par exemple, la doxycycline).

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 42-43  de La Semaine Vétérinaire n° 1741.

Alexis Lecoindre
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK