Quelle communication demain ?

Michaella Igoho-Moradel | 23.11.2017 à 16:38:55 |
Un maître avec son chien
© YakobchukOlena – iStock

Une nouvelle campagne “une seule santé” d’information et de sensibilisation sur l’antibiorésistance sera lancée fin 2018. Plusieurs pistes sont envisagées afin que celle-ci gagne en efficacité.

« Les antibiotiques, c’est pas automatique ! », « Les antibiotiques pour nous non plus, c’est pas automatique ! » et, plus récemment, « Les antibios, comme il faut quand il faut ! », les campagnes de sensibilisation pour préserver l’efficacité des antibiotiques s’enchaînent tant en santé humaine qu’en santé animale. Quels impacts ces messages clés ont-ils sur le grand public ? Un colloque, organisé le 16 novembre dernier dans le cadre de l’approche “une seule santé”, a fait un état des lieux des enjeux de la communication sur l’antibiorésistance. « Les actions de communication mises en oeuvre au cours des cinq dernières années autour du plan ÉcoAntibio ont largement contribué à la réduction de l’exposition des animaux aux antibiotiques de 37 %. Il faut pérenniser ces bons résultats en renforçant la sensibilisation des éleveurs et des vétérinaires », a déclaré Patrick Dehaumont, Directeur général de l’alimentation. Preuve que cela marche sur le long terme ? Pas si sûr, car les campagnes de sensibilisation génèrent un effet de pic, puis s’essoufflent. Comme ce fut le cas en santé humaine, où la consommation d’antibiotiques est repartie à la hausse à partir de 2010. La méfiance grandissante du grand public pour les analyses des experts et des institutions mérite aussi d’être signalée. Forts de ces constats, les ministères de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé, et de l’Agriculture et de l’Alimentation veulent repenser la communication de demain sur l’antibiorésistance. De nouvelles tendances devront être prises en compte : la sensibilité collective et l’information factuelle.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10-13 de La Semaine Vétérinaire n° 1741.

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK