Publirédactionnel
Que prend vraiment en charge une mutuelle animale ?

Publirédactionnel de meilleurtaux.com | 28.11.2017 à 10:25:04 |
Auscultation chien
© D. R.

Acquérir un animal, qu’il s’agisse d’un chien, d’un chat ou d’un « NAC » (nouvel animal de compagnie), peut impliquer des frais, surtout si celui-ci contracte une maladie ou est victime d’un accident. Pour y faire face, il est possible de contracter une mutuelle santé animale. Mais que prennent-elles réellement en charge ?

Des formules et tarifs différents

Certaines compagnies d’assurance, mutuelles ou établissements bancaires proposent des formules d’assurance animaux, qui diffèrent selon l’étendue de la garantie, le type d’animal, la race, le poids, etc. Globalement assurer un animal coûte en moyenne entre 5 et 50 euros par mois.

Mais pour mieux observer les subtilités de la mutuelle d’un animal de compagnie, étudions un cas précis : celui de Paul, 35 ans, et de sa chienne Cibelle, un bouvier bernois de 5 ans.

La formule basique

Cibelle est atteinte d’un cancer du sein. L’opération d’une chienne atteinte d’une tumeur des mamelles est plutôt onéreuse (en moyenne 500 euros), mais la formule de base proposée par les assureurs prend en charge les interventions chirurgicales suite à un accident ou à une maladie (tant que l’assurance a été souscrite avant le diagnostic). Les autres frais comme l’hospitalisation de l’animal ou les soins médicaux resteront à la charge du propriétaire. 

Cette formule coûte en général entre 5 et 7 euros suivant l’assureur et l’animal.

Avec la formule basique, l’opération de Cibelle sera donc couverte, mais pas les frais annexes, et Paul devra s’acquitter des frais d’hospitalisation, mais aussi des prises de sang et examens complémentaires liés à cette opération.

La formule complète

Cette formule vient parfaire les garanties de la formule basique, puisqu’elle comprend en plus le remboursement des frais de soins : frais médicaux, honoraires du vétérinaire, analyses et hospitalisation de l’animal.

Avec cette formule, Cibelle sera complètement prise en charge et Paul n’aura pas à verser un euro supplémentaire.

Autre exemple : si Cibelle devait subir des soins suite à un ergot arraché, Paul serait remboursé à hauteur d’environ 50 euros par son assurance grâce à cette formule, dont les tarifs peuvent atteindre environ 20 euros par mois.

Les services optionnels

Si Paul et Cibelle voulaient une couverture encore plus complète, ils pourraient aussi avoir accès à des garanties annexes. Car en plus de penser à la santé de Cibelle, certains assureurs ont même pensé à celle de Paul, et aux besoins que son absence entrainerait.

Par exemple, si Paul est hospitalisé, suite à un accident de voiture, Cibelle ne serait pas seule : certaines compagnies proposent de prendre en charge l’animal en cas d’hospitalisation.

Autre garantie intéressante : si Cibelle se perd, ce qui arrive régulièrement avec les animaux, Paul pourra se faire rembourser le paiement des petites annonces qui auront servi à signaler sa disparition et à la retrouver.

Les assureurs ont aussi pensé à une forme d’assurance-vie, et peuvent en ce sens verser un capital à Paul lorsque Cibelle décèdera (capital allant jusqu’à 800 euros), et même de lui rembourser les frais de crémation (de 100 à 450 euros d’indemnisation).

Les plafonds de garantie

C’est une donnée non négligeable pour la prise en charge des soins : les plafonds de garanties.

Le plafond annuel de garantie d’une mutuelle animaux est en général compris entre 700 et 2 900 euros (selon le type d’assureur), quelle que soit la formule choisie.

Ce plafond de garantie diminue lorsque l’animal prend de l’âge, et les franchises à la charge du propriétaire évoluent selon la nature des soins prodigués.

Si l’animal est plus âgé, le plafond de garantie peut être divisé par deux et les franchises doubler.

Les exclusions de garantie

Les assureurs refusent systématiquement de couvrir un animal si celui-ci est âgé de moins de 2 ou 3 mois, et peuvent aussi avoir des réticences à le couvrir lorsqu’il est âgé de plus de 10 ans car c’est souvent à cet âge que les soucis de santé commencent chez ces animaux.

Certaines exclusions de garantie sont communes à tous les contrats :

- les maladies génétiques : les maladies liées à des anomalies osseuses, articulaires comme les dysplasies ou même les maladies liées au système neuro-musculaire, comme le syndrome de Wobbler ;

- les maladies préexistantes (avant la souscription du contrat) : si un animal contracte une maladie avant la date de souscription du contrat d’assurance, alors le propriétaire devra s’acquitter de l’intégralité de la somme pour le traitement.

D’autres exclusions dépendent des assureurs, comme la stérilisation qui coûte en moyenne entre 120 et 200 euros, la vaccination qui coûte en moyenne 130 euros, la chirurgie esthétique ou encore les frais de tatouage.

Publirédactionnel de meilleurtaux.com
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK