Qualité de vie au travail : le secteur de la santé mieux loti

Clarisse Burger | 21.11.2017 à 17:45:32 |
Salle de chirurgie vétérinaire
© zoranm - iStock

Selon l’Observatoire des métiers dans les professions libérales (OMPL), une meilleure qualité de vie au travail serait perçue par les salariés du secteur de la santé, incluant les cliniques vétérinaires.

Il fait bon travailler dans le secteur de la santé. A en croire la dernière étude de l’Observatoire des métiers dans les professions libérales (OMPL) qui évalue pour la deuxième fois la qualité de vie au travail. Cette enquête réalisée en septembre auprès de 4000 actifs issus de trois secteurs d’activité (santé, cadre de vie-technique, juridique) nous permet-elle d’être un peu plus optimiste pour les années à venir ? La qualité de vie au travail est mieux notée cette année par les répondants salariés donnant une note globale de 13,26 sur 20 (versus 11,87 sur 20 en 2014).

Et ce sont les cabinets médicaux et dentaires et les cliniques vétérinaires qui obtiennent les meilleurs notes (respectivement 14,3 sur 20 ; 13,9 sur 20 et 13,7 sur 20). Et les pharmacies d’officine restent dans la moyenne (13,2 sur 20). Les salariés identifient les mêmes facteurs de stabilité. Le fait d’avoir un seul supérieur hiérarchique, d’exercer dans une très petite structure du secteur de la santé, serait perçu comme un facteur de protection, tout comme le fait d’occuper un poste de cadre supérieur ou de manager. Toujours dans le monde de la santé, le fait d’être une femme contribuerait aussi à la qualité de vie au travail, selon l’OMPL ! Mais à l’inverse, ils identifient une dizaine de facteurs contribuant au stress professionnel (soit un de plus qu’en 2014).

Pour les autres professions libérales, les avocats et les architectes sont sous la moyenne en 2017, alors qu’ils étaient parmi les mieux placés, il y a trois ans. Les études d’huissiers sont à la dernière place.

 

Quatre indicateurs ont ainsi été mesurés (implication des salariés, bien-être au travail, exposition aux « stresseurs » professionnels, climat social) pour établir un indice global de la qualité de vie. Les résultats varient selon les branches professionnelles. C’est au sein des professions libérales liées à la santé (vétérinaires inclus) que le climat social serait le plus encourageant. Dans les structures vétérinaires, l’implication au travail (13,7 sur 20) et le bien-être en entreprise (15,11 sur 20) récoltent des bonnes notes de la part des salariés. Et la note globale (pour tous les secteurs) gagne deux points, passant à 14,3 sur 20 cette année (versus 12,3 sur 20 en 2014).

Selon l’expert en management de la performance sociale et de la prévention des risques sociaux, Mars-Lab, tous les indicateurs sont en hausse en 2017. Les salariés se déclarent plus impliqués en 2017 qu’en 2014. Le climat social y est meilleur selon eux (12,90 sur 20 versus 10,9 sur 20 en 2014), il y aurait aussi moins de stress professionnel ressenti (12,3 sur 20 en 2017 versus 11,2 sur 20 en 2014). Enfin, le bien-être est en hausse (14,3 sur 20 en 2017 versus 12,7 en 2014).

Lire l’article dans son intégralité, en page 24 du n° 1741 de La Semaine Vétérinaire, du 24 novembre 2017.

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK