Projection de l’avenir du pastoralisme français 

Clothilde Barde | 18.08.2020 à 08:00:00 |
mouton
© pidjoe

Alors que la transhumance a été reconnue Patrimoine immatériel français le 2 juin 2020, une étude, proposant des pistes d’évolution du pastoralisme à l’horizon 2035 dans le contexte de la prédation exercée par le loup, vient d’être publiée.

La perception sociétale de l’élevage extensif, la cohabitation avec les loups, l’évolution des soutiens publics et les positions politiques prises concernant les marchés internationaux, sont les principaux moteurs de l’évolution du pastoralisme d’ici à 2035, selon le rapport prospectif remis en mars dernier par TerrOïko et Blézat Consulting à la demande du ministère de l’Agriculture. En effet, cette étude prospective, qui avait pour principal objectif de faire une prévision de l’avenir du pastoralisme en France dans le contexte de la prédation exercée par le loup à l’horizon 2035, a proposé une réflexion plus générale sur les facteurs qui affecteront le ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Clothilde Barde
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK