Produits pharmaceutiques vétérinaires et environnement

Michaella Igoho-Moradel | 12.03.2019 à 17:22:52 |
Environnement
© D-Keine

La Commission européenne expose un ensemble de mesures visant à relever les défis multiples que le rejet de produits pharmaceutiques constitue pour l'environnement.

La Commission européenne a présenté, le 11 mars, une liste de six domaines d'action concernant toutes les étapes du cycle de vie des produits pharmaceutiques dans lesquels des améliorations peuvent être apportées. "Le texte porte sur les produits pharmaceutiques vétérinaires aussi bien que ceux destinés aux humains. Ces domaines couvrent toutes les étapes du cycle de vie des produits pharmaceutiques, depuis la conception et la production jusqu'à l'élimination et la gestion des déchets, conformément aux principes du document de travail des services de la Commission sur les produits durables dans une économie circulaire. Les six domaines concernés comprennent des mesures visant à accroître l'utilisation prudente des produits pharmaceutiques et la sensibilisation à ce thème, à améliorer la formation et l'évaluation des risques, à récolter des données de surveillance, à encourager une «conception verte» de ces produits, à diminuer les émissions des fabricants, à réduire les déchets et à améliorer le traitement des eaux usées" indique la Commission dans son communiqué

Selon la Commission il a été démontré que les produits pharmaceutiques qui se retrouvent dans l'environnement présentent des risques pour les poissons et pour d'autres espèces sauvages, par exemple en altérant leur capacité à se reproduire, en modifiant leur comportement au point de compromettre leur survie ou tout simplement par des effets toxiques directs. "En outre, les médicaments qui ne sont pas éliminés correctement contribuent au grave problème de la résistance aux antimicrobiens. Cette prise de conscience accrue a encouragé la réalisation de nouvelles recherches et a donné lieu à des appels et à des propositions d'action en vue de réduire les émissions dans l'environnement, en particulier dans l'eau mais aussi dans les sols" ajoute t-elle. 

Elle souhaite mettre l'accent sur le partage de bonnes pratiques, sur la coopération au niveau international et sur l'amélioration de la compréhension des risques, ce qui est crucial dans le contexte de la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, un problème en expansion au niveau mondial. "Plusieurs mesures de l'approche stratégique visent à contribuer aux objectifs du plan d'action européen fondé sur le principe «Une seule santé» pour combattre la résistance aux antimicrobiens. Ce plan d'action souligne la nécessité d'une approche globale de la santé qui tienne compte des interconnexions entre la santé humaine et animale et l'environnement."

 

Michaella Igoho-Moradel
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK