Premiers résultats de l’enquête sur le mal-être des vétérinaires

Tanit Halfon

| 30.03.2022 à 14:12:00 |
© iStock-LittleCityLifestylePhotography

Ils ont été publiés dans la dernière revue de l’Ordre. Ils montrent des niveaux élevés de mal-être, notamment presque ¼ des vétérinaires interrogés ont fait part de pensées suicidaires.

Le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires vient de dévoiler, dans la dernière revue de l'Ordre, les premiers résultats de l’enquête sur le mal-être des vétérinaires lancée en 2019, avec l’association Vetos-entraide, et l’appui de la chaire de psychologie sociale de l’Université de Bourgogne Franche Comté. 3244 vétérinaires inscrits au tableau de l’Ordre ont participé à cette enquête, soit 17,5% de la population des vétérinaires français.

Des scores très élevés

Il ressort d’abord que le burnout est « particulièrement élevé » parmi les vétérinaires interrogés, « avec des scores d’épuisement émotionnel et de cynisme significativement plus élevés que ceux d’un échantillon de référence et même que ceux observés auprès des exploitants agricoles ». Les femmes ont un épuisement émotionnel plus élevé que les hommes. De plus, dans les semaines précédent l’enquête, 4,8% des vétérinaires interrogés ont indiqué avoir eu des pensées suicidaires « assez souvent », « fréquemment » ou « tout le temps » ; 18,4% ont eu des pensées suicidaires « occasionnellement ». Soit un total de 23,2% de vétérinaires, presque ¼, qui ont eu des pensées suicidaires. Ces pourcentages sont bien plus élevés que dans la population générale : selon Santé Publique France, en 2019, 4,5% des femmes et 3,1% des hommes (population des actifs) avaient eu des pensées suicidaires dans les 12 derniers mois.

Plusieurs facteurs de stress identifiés

L’analyse des données de l’enquête a aussi permis d’identifier des agents stresseurs, et ceux les plus associés au burnout et aux idées suicidaires. Par ordre d’importance, on trouve : la charge de travail, et le conflit entre vie professionnelle et vie privée ; la peur de l’erreur ; le travail morcelé ; et les tensions entre collègues. D’autres facteurs de stress sont aussi mis en évidence, mais avec une faible association, voire pas, avec le burn-out et les pensées suicidaires : craintes financières ; négligence des propriétaires ; détresse de l’animal et des propriétaires ; et enfin crainte de blessure.

« D’autres articles suivront afin de reprendre chaque stresseur, de rechercher chaque particularité qui permette d’expliquer, et donc de tenter de prévenir ce burnout et cette tendance aux idéations suicidaires », est-il indiqué dans la revue de l’Ordre. 

Tanit Halfon

1 commentaire
avatar
Andrée le 31-03-2022 à 23:35:52
Je comprends à cent pour cent le stress des vétérinaires C'est très compliqué de soigner des animaux car eux, ne parlent pas les médecins doivent quels que soient les cas faire face à la douleur souvent de l'animal au stress des maîtres et aussi peut être à l'agressivité de certains propriétaires des animaux J'admire beaucoup ce métier et ceux qui liront ce mail qu'ils se disent qu'ils pratiquent un métier qui mérite que nous ayions une haute estime de ce tres dur mais en même temps enrichissant métiers soyez fiers et ne baissez pas pas la tête. On a besoin de vous de vos compétences on a confiance en vous lorsque nous vous confions nos toutous ou autres Alors allez de l'avant et dites vous que vous aussi vous avez le droit de baisser un peu je dis bien un peu les bras de temps en temps mais. Soyez toujours positifs car tout le monde n'est pas capable de faire votre métier que j'admire. Ayant toujours eu des toutous je sais de quoi je parle Mon adresse mail c'est. Itakirox@gmail.com. A bientot j'espère avec toutes mes amitiés
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application