Premier bilan de la révision générale des politiques publiques

24.02.2011 à 06:00:00 |
©

La fusion des ex-DDSV a souvent consisté en « une juxtaposition de services, chacun recevant de façon étanche les informations », estime Benoît Assémat, président du Syndicat national des inspecteurs en santé publique vétérinaire (SNISPV).

« Les personnels sont mis ensemble, mais aucun progrès n’a été réalisé pour avoir une unité dans l’approche des enjeux sanitaires. » Pour 82 % des vétérinaires sondés, la RGPP constitue ainsi une juxtaposition d’organisations existantes, sans véritablement de nouveaux liens entre elles. Toutefois, moins de 20 % y voient de meilleures possibilités d’évolution et de mobilité professionnelle et 60 % la découverte de nouveaux modèles, ce qui est un facteur de motivation professionnelle. Même si en parallèle, plus du tiers des confrères interrogés font le constat d’une diminution des postes à responsabilité. Au niveau national, tous corps ...

Ce contenu est réservé aux membres du site Le Point Vétérinaire.fr
Vous avez déjà un compte ?


Vous n'avez pas de compte

Inscrivez-vous et profitez des services gratuits proposés sur Le Point Vétérinaire.fr


Vous êtes abonné(e) à la version papier des revues des Editions du Point Vétérinaire, du DMV ou de l’Annuaire ROY ?
Créez-vous un compte pour bénéficier de la version numérique et des services inclus dans votre abonnement.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application