PPA : une surveillance renforcée dans le Bas-Rhin - Le Point Vétérinaire.fr

PPA : une surveillance renforcée dans le Bas-Rhin

Tanit Halfon

| 13.06.2022 à 15:30:00 |
© iStock-PeterVahlersvik

Ce renforcement fait suite à la découverte d’un foyer de peste porcine africaine dans un élevage porcin allemand, situé à environ 6km de la frontière française.

Le 25 mai 2022, les autorités sanitaires allemandes confirmaient un foyer de peste porcine africaine (PPA) à l’ouest du pays, sur la commune de Forcheim, dans un élevage porcin plein air. Ce foyer est situé à proximité immédiate de la France, à environ 6km de la frontière, au niveau du sud du département du Bas-Rhin.

Cela a amené à un renforcement de la surveillance de la faune sauvage en France. Ainsi, 14 communes du Bas-Rhin passent en niveau 2B de surveillance (jusqu’à présent, niveau 2A), précise une instruction technique de la Direction générale de l’alimentation en date du 3 juin 2022.

Cette adaptation du niveau de risque suit celle qui avait été faite en janvier 2022, pour les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Alpes-Maritimes de la région PACA lors de la découverte de cas de PPA chez des sangliers en Italie du nord. Ce niveau était déjà appliqué, par ailleurs, pour l’ancienne zone blanche du nord-est de la France dans les départements des Ardennes, de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse, et aussi en Corse, à Mayotte et à La Réunion. Le reste du territoire est au niveau 2A.

Pour rappel, le niveau 2 concerne les zones limitrophes ou/et jugées suffisamment proche d’un foyer ou cas, avec un risque d’extension par diffusion de proche en proche (2B) et/ou diffusion à moyenne et longue distance (2A). Pour les deux niveaux, il implique des analyses systématiques sur les cadavres de sangliers, quelles que soient les lésions constatées lors de l’autopsie. Pour le niveau 2B, il y a aussi un élargissements du réseau d’acteurs participant à la surveillance évènementielle. De plus, les cadavres de sangliers trouvés en bord de route seront collectés pour examen nécropsique et prélèvements, uniquement en cas d’observation ou de comportements inhabituels/mortalité groupée sur une zone.

En parallèle de ce renforcement de la surveillance, le ministère de l’Agriculture a relancé des opérations de communication sur la PPA : un premier communiqué de presse rappelle des recommandations d’ordre générale ; un deuxième fournit des affiches à imprimer pour sensibiliser localement les éleveurs, chasseurs, voyageurs et transporteurs.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application