PPA : un premier foyer confirmé à Haïti

Tanit Halfon

| 28.09.2021 à 11:00:00 |
© iStock-narvikk

Il s’agit d’un élevage de 2 500 porcs, situé à la frontière avec la République dominicaine. Le foyer a été confirmé le 17 septembre 2021.

Après la République dominicaine, c’est au tour d’Haïti de confirmer la présence du virus de la peste porcine africaine sur son territoire. Un premier foyer domestique a ainsi été confirmé le 17 septembre 2021, dans un élevage de 2500 porcs, situé à Ville d’Anse-à-Pitre, dans la zone sud de la frontière avec la République dominicaine voisine. La suspicion remonte au 26 août 2021. La dernière détection de la maladie remonte au début des années 1980, durant lesquelles l’épizootie avait amené à l’abattage de 192 000 animaux.

En République dominicaine voisine, ce sont maintenant 47 foyers domestiques qui ont été confirmés au 13 septembre (vs 39 foyers au 31 août). Ces foyers sont localisés partout sur le territoire. A ce stade, la maladie semble difficilement contrôlable, et les autorités sanitaires envisagent une dépopulation totale.

Une origine inconnue

Pour l’instant, l’origine de l’introduction du virus sur l’île d’Hispaniola n’est pas connue mais plusieurs hypothèses sont avancées (source plateforme ESA) :

- commerce illégal de déchets aéroportuaires internationaux pour alimenter les porcs de bassecour ;

– nourriture introduite par les touristes ou des passagers, avec des restes qui pourraient finir dans des décharges ou comme aliments pour porcs,

– importations illégales d’animaux, de produits et sous-produits à base de porcs en provenance de pays infectés.

Pour la République dominicaine, la première trace d’infection pourrait remonter au mois d’avril 2021 au centre du pays. De plus, le séquençage des souches montre qu’il s’agit de la souche Georgia 2007, génotype II, qui correspond à la souche circulante en Europe de l’Est et en Asie

« Compte tenu de la détection tardive et la présence maintenant avérée de la PPA en Haïti, le risque d’extension hors de l’île d’Hispaniola est important », indiquent les experts de la plateforme ESA. Pour l’instant, les territoires français d’outre-mer n’ont signalé aucun cas.

Tanit Halfon

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application