PPA : l’Anses pose la question de la transmission vectorielle du virus

Tanit Halfon | 22.05.2020 à 16:36:10 |
porc
© iStock-ChristiLaLiberte

Dans une auto-saisine, l’Agence évalue le risque de transmission du virus de la peste porcine africaine en France métropolitaine. Si les stomoxes sont identifiés comme des vecteurs mécaniques potentiels, avec un risque accru de dissémination virale lors du vide sanitaire, les données manquent encore pour conforter ce scénario.

Les arthropodes jouent-ils un rôle dans la transmission de la peste porcine africaine (PPA) ? C’est la question à laquelle a voulu répondre l’Agence nationale de sécurité sanitaire dans une auto-saisine de février dernier.  L’objectif était de procéder à un « état des connaissances sur les arthropodes susceptibles de transmettre le virus de la PPA » et d’évaluer le « risque de transmission du virus par ces arthropodes au sein des  populations de sangliers, entre sangliers et porcs d’élevage, ou entre élevages de porcs. » Il en résulte que la probabilité la plus élevée de transmission vectorielle correspond à la situation où il y aurait un ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Tanit Halfon
La rédaction vous recommande
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK